GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Décembre
Vendredi 21 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Sports

    La Coupe du monde ouvre les appétits des supporters du monde entier

    media Une supportrice allemande en plein selfie gastro-diplomatique dans un café à Moscou... ®Reuters

    La Coupe du monde c’est toute une organisation, notamment côté supporters. Le voyage, les tickets pour le stade, mais même à la maison devant son téléviseur un supporter n’est rien sans ravitaillement en boisson et nourriture. Alors comment ça se passe dans les pays du monde entier côté supporters ? RFI a posé la question aux intéressés...

    L’Italie ne joue pas cette Coupe du monde 2018, mais elle semble terriblement présente durant les matchs de foot, voire gagnante en cuisine. Car quand on interroge un supporter, quand on le questionne sur ses habitudes culinaires devant un match, c’est : « pizzas et bières ! » qui viennent en premier et ce dans presque tous les pays. Pourtant, il demeure de belles nuances dans ce tableau de la gastro-diplomatie footballistique qui pourrait être un brin hors-sujet (on vous rappelle que l’Italie n’est pas qualifiée!), car quand on est supporter on est bien évidemment chauvin et proche des spécialités de son pays. Témoignages de supporters !

    Destination le Mexique ! « Les Mexicains quand ils se réunissent pour voir les matchs boivent surtout de la bière et ne mangent pas vraiment. Ils sont scotchés derrière les écrans de télé pour ne pas rater un seul instant ! » nous explique une supportrice mexicaine. Mais encore ? « Ils commandent des pizzas, sinon, on sert des botanas, nos tapas à nous : des chips avec du citron et une sauce piquante (c’est délicieux), du jícama une sorte de radis très rafraîchissant, aussi avec du citron et piment (en poudre cette fois), du concombre, aussi avec du citron et sel. Mais à vrai dire c’est plutôt de la nourriture chatarra, c’est-à-dire la malbouffe, des nachos, des chips etc... des choses qu’on peut manger avec les doigts et facilement. » Et d’ajouter : « C’est plutôt après le match ou quand le Mexique commence à perdre (c’est souvent le cas) qu’on éteint la télé et alors là on mange vraiment. Là, le choix est très large :  ceviche, tacos, enchiladas, mole… Mais d’habitude on est tellement déçu d’avoir perdu qu’on perd l’appétit et on s’en va. » Mais depuis la victoire contre l’équipe d'Allemagne cette supportrice affirme : « On va manger des tacos avec du caviar ! » La terre a véritablement tremblé lors du but mexicain tant les supporters ont sauté de joie et c'est la gastronomie mondiale qui va chavirer si ça continue...

    Après avoir eu chaud, les supporters mexicains ont soif et faim... ®Reuters

    En Espagne « c’est la tortilla de patatas à laquelle on n'échappe jamais pour regarder le foot chez nous.  Il faut en faire une grosse avec au mínimum 20 œufs pour 4-5 personnes ! »

    En Colombie : « Des chips avec sauce rosé (une sauce samouraï : mayonnaise et sauce tomate), des cacahuètes, des pistaches, des empanadas (petits chaussons feuilletés, farcis de viande ou de poisson), des amandes, des viandes affinées, des saucisses au citron. En plus du sucré, il y a du pop corn, de l’ananas en morceaux, de la mangue au citron, des bananes plantain frites. » Et encore ? « Oui, j'oubliais : des arepas (un pain de maïs blanc ou jaune qui est parfois garni de jambon, de fromage, de viande, de haricots, d'œufs...) et les chicharrones (rillons de porc). »

    En Suisse : « Ça peut être du pâté de sanglier d’un copain chasseur ... du taillé aux greubons, une spécialité de pâtisserie salée, c’est un feuilleté au lard blanc de cochon. Il y aura du gruyère, de la saucisse sèche à l’abricot du valais... Chaque supporter suisse est à l’image de la Suisse, il mange les spécialités de son canton ! »

    En Suède, ce sera des « burgers sur le barbecue ! Avec de la bière ou du vin. On est de plus en plus sophistiqués… », nous sourit avec dépit ce supporter.

    En Pologne :  « C’est bière ! Beaucoup de bière avec des saucisses - les kielbaski. Pour les soirées chez soi cela peut être aussi vodka et harengs, mais les Polonais sont devenus les rois du barbecue donc dans leurs datchas et jardinets : c’est le royaume de la kielbasa, de la saucisse et toutes sortes de viandes à griller. »

    Durant une Coupe du monde, ça trinque entre les pays... ®Reuters

    En Angleterre : « La "meat pie" reste traditionnelle (une tourte à la viande). Je pense que le plus important quand on regarde un match, c’est la bière : bien fraîche et en bouteille ! Sinon des chips de pommes de terre. En version plus sophistiquée, pour les bobos,on les grignotera avec de l'houmous et du guacamole… »

    En Belgique : « Pas un match sans frites avec mayonnaise et une fricadelle spéciale ! »

    Pour l’Allemagne on s’attache, comme les autres, aux basiques culinaires du pays avec « une "Bratwurst" (une saucisse rôtie) servie avec de la salade de pommes de terre et de la "Krautsalat". Mais c’est devenu très barbecue sinon avec de la bière, de la bière et encore de la bière… puis aussi des chips et des cacahuètes. »

    Au Japon, les supporters semblent plus délicats : « On ne mange pas devant la télé, mais sinon c’est bière et des graines d’edamame, un haricot délicieux… »

    En Russie : « Le petit poisson séché que l’on mange avec de la bière s’appelle vobla. Il y a aussi des calamars séchés. Notre gastronomie autour du football, c’est essentiellement ça : bière, poisson séché, chips », nous explique une connaisseuse, puis on entend son voisin russe s'exclamer en riant : « Les supporters russes ils mangent un burger chez McDonald's ! » La gastro-diplomatie peut avoir des relents de douce guerre froide.

    Stand de boissons pas trop festif aux abords d'un stade à Kaliningrad. ®Reuters

    En Argentine ? « Des empanadas, des chaussons à la viande, mais aussi aux épinards, au fromage ou aux oignons. »

    Au Portugal, on a frisé l’incident diplomatique en parlant d’entrée de jeu d’accra de morue : « Chez nous, ce sont des beignets de morue (les accras sont antillais, gloups!) ou alors des rissois à base de farine citron ail oignons, crevettes ou à la viande ! »

    En Corée du Sud ? « La réponse sera courte c’est : poulet frit et bière ! C'est vraiment LA nourriture de soir de match en Corée. »

    En Iran : « En regardant le match, on mange des pistaches et des graines de pastèques séchées grillées avec du sel… » « Mais aussi et surtout des kebabs de toutes sortes : les koobideh, de l'agneau ou du boeuf, et joojeh qui sont aux poulets. »

    Au Brésil « À la maison, les jours de matchs, c’est souvent le churrasco : le barbecue brésilien. Presque tout le monde a son petit barbecue, que ce soit dans les maisons, ou dans les immeubles, qui ont souvent une partie commune pour faire la fête. Dans un churrasco, on y mange surtout de la viande, mais aussi de la farine de manioc, des haricots noir, de la salade... La viande la plus aimée, c’est la picanha, un morceau qui ne se fait pas en France (un morceau de boeuf prélevé au-dessus de la patte arrière, près de la queue). Pour les boissons, c’est surtout de la bière, très légère, et aussi bien sûr de la caipirinha (un cocktail brésilien préparé à base de cachaça, de sucre de canne et de citron vert). » Et à l’intérieur des stades ? « C’est assez classique, avec des burgers et hot-dogs. Dans les bars, c’est plutôt des tapas brésiliennes, comme les "coxinhas", espèce de croquettes au poulet, du manioc frit, de la viande, de la feijoada (un plat à base de haricots rouges), et bien sûr des frites ! »

    Des pains spéciaux, très football, d'un boulanger allemand... ®Reuters

    Un supporter de l’équipe de France nous a livré son secret les soirs de match : « J'ai pour ma part mes petites habitudes à la maison, c’est boeuf et pommes de terre, avec un joli vin rouge... Évidemment, si on est plus de trois personnes, le menu sera différent. La pizza reste un grand classique, facile, rapide... À l'extérieur, tout dépend du lieu. Bières chaudes et cacahuètes douteuses, c'est possible aussi. Mais je me souviens d'avoir vu la finale de la Ligue des champions au Royal Monceau [hôtel de luxe à Paris, Ndlr]  avec champagne, petits sandwichs au saumon ou saucisse moutarde truffée et du pop-corn Pierre Hermé… » Cela laisse songeur et ouvre l’appétit. Et alors à la fin, en cas de victoire, on sort le champagne du frigo ?! « Mais pourquoi à la fin voyons ? », dit-il en souriant. Les supporters de foot savent aussi apprécier les plaisirs de la table.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.