GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 25 Septembre
Mercredi 26 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Un Palestinien tué par des tirs israéliens le long de la frontière avec Gaza (ministère)
    Amériques

    Brian de Palma: du cinéma à la littérature

    media L’affiche de la rétrospective cinéma de Brian de Palma à la Cinémathèque de Paris (à. g.) et la couverture de son livre : Les serpents sont-ils nécessaires ? Cinémathèque / Éditions Rivages Noir

    Riche actualité pour le cinéaste américain Brian de Palma avec une rétrospective de son œuvre à la Cinémathèque de Paris, la publication de son premier roman « Les serpents sont-ils nécessaires ? », sans oublier le documentaire « De Palma : être réalisateur, c’est être voyeur » consacré à sa carrière, qui vient de sortir en DVD. Trois bonnes raisons de le rencontrer.

    Auteur d’une trentaine de films, de Carrie à Femme fatale, en passant par Blow out, Pulsions, Les Incorruptibles, Mission impossible, voire Outrages, Brian de Palma publie à 77 ans son premier roman qu'il a coécrit avec sa compagne, la journaliste et juriste Susan Lehman. Le réalisateur explique être passé de la caméra au stylo parce qu’il avait « de nombreuses idées de scénarios depuis des décennies dans son ordinateur », mais qu’il n’aurait « jamais assez de temps pour raconter toutes ses histoires », donc peut-être qu’il pourrait « en faire un roman ».

    Une satire politique

    C’est ainsi qu’est née l’idée de cette fiction parue sous le titre Les serpents sont-ils nécessaires ?, reprise d’une réplique d’un film américain avec Henri Fonda, et qui se présente comme un roman policier jalonné de plusieurs meurtres sordides. Mais, c'est aussi, voire d'abord, une satire politique avec une plongée dans les coulisses de la campagne électorale d'un sénateur dénué de tous scrupules. Pour se faire réélire, il n'hésite pas à abuser des femmes.

    Un thème que Brian de Palma n'a pas eu besoin d'aller chercher très loin selon ses dires : « Une grande partie de l’inspiration pour ce livre et pour un certain nombre de mes films vient de l’actualité. Mes personnages politiques sont inspirés de responsables politiques bien connus et des atroces situations dans lesquelles ils se retrouvent. Prenez le sénateur Edwards, pendant une campagne, et sa liaison avec une assistante qui ensuite a disparu, on n’arrivait pas à la retrouver, il a fallu révéler leur relation, ça a duré des mois, la situation s’est aggravée, et du coup sa carrière politique s’est arrêtée là. »

    « Il faut saluer le courage de ces femmes »

    Un sujet qui n’est pas sans avoir un écho avec la dénonciation récente et massive du harcèlement sexuel aux États-Unis. De nombreux scandales qui n’étonnent pas Brian de Palma : « Tout le monde connaissait l’existence de ces histoires, depuis des décennies. Et il y a eu un journaliste convaincant qui a encouragé une comédienne à s’exprimer enfin. Il faut saluer le courage de ces femmes qui ont raconté leurs histoires, même si ça peut signer la fin de leur carrière ».

    Brian de Palma se sent à ce point concerné par cette situation qu’il révèle avoir un projet de film sur le sujet du harcèlement qui plus est produit par le Franco-Tunisien Saïd Ben Saïd : « Le scénario a été refusé par tous les studios américains. Ça montre l’audace, au sens positif, des producteurs français et la frilosité des Américains qui ont peur d’aborder ce sujet. Ils ne veulent pas faire face à la réalité, à la vérité, et c’est très difficile de faire ce genre de films aux États-Unis. »

    Susan Lehman et Brian de Palma. RFI / Catherine Fruchon-Toussaint

    Une histoire d’amour entre Brian de Palma et la France

    Il y a en effet une vraie histoire d’amour entre Brian de Palma et la France. Au sens propre d'abord, puisqu'il a vécu avec une Française plusieurs années et au sens artistique ensuite, car c'est dans ce pays qu'il se sent le mieux compris. Ainsi, est-il ami avec le cinéaste français Régis Wargnier de même qu’il a dirigé Emmanuelle Béart et Jean Reno dans Mission impossible face à Tom Cruise. Autre exemple, son film Femme fatale, titre original en français, comme à Cannes, pendant le festival et se poursuit entre autres à Paris.

    D’ailleurs, son roman Les serpents sont-ils nécessaires ? qui est publié en avant-première en France, avant une sortie américaine, s'achève à la Tour Eiffel et rend hommage aux écrivains Boileau et Narcejac qui avaient déjà inspiré Alfred Hitchcock, dont Brian de Palma est un immense admirateur, pour le film Sueurs froides.

    De Palma à l’honneur à la Cinémathèque

    L’œuvre cinématographique de Brian de Palma est également à l’honneur à la Cinémathèque de Paris avec une rétrospective quasi intégrale de ses films. C’est la deuxième fois, après le Centre Georges Pompidou, que la France lui rend hommage, et bien entendu c’est une reconnaissance très gratifiante pour lui : « cela prouve que les Français ont une culture qui leur permet de comprendre mes films plus que les gens issus de ma propre culture. La France me montre son enthousiasme, pourquoi ? Je ne sais pas… [en français dans le texte] ».

    Cerise sur le gâteau, la sortie en DVD du documentaire Être réalisateur, c’est être voyeur, de Noah Baumbach et Jake Paltrow, consacré à Brian de Palma, disponible en édition prestige limitée chez Carlotta.

    Pochette (détail) du DVD « De Palma : être réalisateur, c’est être voyeur », documentaire consacré à la carrière de Brian de Palma. Editons Carlotta

    ► Brian de Palma et Susan Lehman seront les invités de l’émission Littérature sans frontières du 24 juin.

    ► Rétrospective cinéma de Brian de Palma à la Cinémathèque de Paris, jusqu’au 4 juillet.

    Brian de Palma : Les serpents sont-ils nécessaires ? aux éditions Rivages Noir.

    De Palma : être réalisateur, c’est être voyeur, documentaire consacré à sa carrière, DVD édité chez Carlotta.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.