GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Avignon: l’histoire de Farid, 12 ans, réfugié afghan

    media Inês Barahona et Miguel Fragata, les deux metteurs en scène portugais du spectacle « Au-delà de la forêt, le monde ». Siegfried Forster / RFI

    Regarder le monde à la hauteur d’un enfant est parfois aussi la bonne hauteur pour les adultes. Par exemple, pour apprendre l’empathie et poser les bonnes questions par rapport aux réfugiés. Dans leur pièce Au-delà de la forêt, le monde, présentée au Festival d’Avignon et en tournée en Europe, les deux metteurs en scène portugais Inês Barahona et Miguel Fragata pratiquent la « démocratie de mots ». Leur but : partager et changer le monde, ensemble. Entretien.

    RFI : Qu'est-ce que cela change si l’on raconte l’exil d’un petit garçon afghan à la hauteur d’un enfant ?

    Miguel Fragat : Cela nous fait réfléchir d’une manière particulière. C’est au moment où l’on a commencé à lire des récits d’enfants qui ont fait cette traversée, de leur pays en Europe, vécu ces choses énormes et terribles, qu’on a vraiment senti une urgence de créer un spectacle sur ce sujet. Et de réfléchir ensemble sur le rôle de l’Europe, sur notre rôle comme citoyen et ce qu’on peut faire.

    Qu’est-ce que cela change chez les spectateurs ?

    Inès Baraphone : Cela permet d’abord de créer de l’empathie, de se mettre à la place de ce petit garçon, de se poser la question : « et si c’était moi ? » Cela change beaucoup la façon dont on regarde ces gens qui arrivent. Après, quand les enfants sortent du spectacle, ils posent les questions qui sont les plus justes : pourquoi ces personnes sont obligées de partir de chez eux ? Pourquoi nous, on n’ouvre pas les portes ? Pourquoi avons-nous tellement de difficultés par rapport à leur culture ? Comment peut-on faire que des petits enfants comme moi aillent à un endroit où ils peuvent rester, même si c’est temporaire ? Je crois que cela aide beaucoup à grandir, cette expérience à se mettre à la place de quelqu’un qui fait cette traversée horrible.

    Pourriez-vous nous expliquer votre concept « La démocratie de mots » ?

    Miguel Fragat : C’est de créer la possibilité d’avoir des adultes et des enfants qui regardent ensemble le spectacle. C’est-à-dire d’expliquer certains mots à ceux qui n’ont pas forcément l’information nécessaire pour comprendre l’histoire. Par exemple, c’est quoi être un réfugié ? Que cela veut dire d’être dans les mains des trafiquants ? C’est quoi un passeport ? De donner une sorte de glossaire d’information pour que tout le monde se trouve sur le même sol « démocratique ». D’abord il faut donner les informations et les repères pour que tout le monde puisse comprendre et ensuite discuter.

    Cela fait trois ans que l’Europe se trouve en plein désarroi par rapport à la crise des réfugiés. On essaie d’informer, de raisonner, d’expliquer. Le théâtre, que peut-il faire de plus ?

    Inès Baraphone : Peut-être le théâtre peut aider à réfléchir sur les vraies raisons. Avant, l’humanité considérait que c’était bien d’accueillir les autres êtres humains. Alors, on ne devrait pas changer nos opinions à cause de chiffres. Car cela nous définit en tant que société. Le théâtre peut nous aider à réfléchir sur cette idée de l’humanité. Qu’est-ce qui nous rend vraiment humains aujourd’hui ? Le théâtre, les arts, tout cela fait partie de l’être humain. C’est un condiment, cela nous aide à être plus humains. Avec notre petite vie quotidienne, nous pouvons changer la grande Histoire. Si chacun de nous prend sa place et se met, pour un petit moment, à la place de Farid, peut-être, dans sa vie, cela va changer quelque chose et on arrive, petit à petit, à changer la situation.

    AU DELA DE LA FORET, LE MONDE. Texte et mise en scene Ines Barahona et Miguel Fragata. Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

    Miguel Fragat : Le théâtre a aussi la possibilité de créer de la distance. On prend une information réelle et on la travaille sur la scène. Parfois c’est un tout petit mouvement, mais ce mouvement donne un peu de la distance et nous donne la chance de regarder cette histoire d’une manière distante. Cela nous change la perspective. Il s’agit de regarder quelque chose qui rentre tous les jours dans la maison par les informations, la télé, les journaux, avec des yeux différents, avec des yeux des arts. Cela nous permet de faire des réflexions qu’on n’a jamais faites, parce qu’on est conditionnés par les informations. Et nous avons la possibilité de réfléchir ensemble. Il y a cette idée que, dans nos histoires, il y a quelque chose de très petit qui peut changer l’histoire de quelqu’un d’autre. C’est cette idée de regarder le monde comme une chaîne d’histoires et chaque histoire peut changer une autre histoire.

    Les réfugiés s’informent aussi via les réseaux sociaux. Est-ce que les réseaux sociaux changent également votre manière de faire du théâtre ?

    Inès Baraphone : Cela nous permet parfois de nous adresser plus directement au public. D’avoir des spectateurs hors salles avant de les avoir en salles. On l’utilise de cette façon. Mais, ce sont parfois aussi des moyens un peu dangereux. Par rapport aux réfugiés : ils arrivent à utiliser ces outils pour communiquer et pour informer le monde sur ce qui se passe. En même temps, il y a beaucoup de gens qui désinforment ou changent complètement les choses d’une façon assez perverse pour donner une image des réfugiés qui est tout à fait négative. Alors, on regarde ces façons de communiquer d’une manière qu’ils nous soient utiles. Pour le moment, notre rapport avec les réseaux sociaux est utilitaire.

    Miguel Fragat : Sans oublier que le théâtre est vraiment autre chose. Le théâtre, c’est de la « haute technologie », parce que c’est « live », c’est quelqu’un qui est là, proche de nous. Il y a toujours cette nouveauté d’être là, ensemble, pour partager quelque chose. C’est l’antithèse du réseau social, de la vie virtuelle. Cela, on ne peut jamais l’oublier. Les réseaux sociaux, c’est utile, mais l’objectif final est d’être là au moment du spectacle, d’être ensemble, de partager quelque chose de très spécial qui devient de plus en plus rare.

    Connaitre les dates de tournée du spectacle Au-delà de la forêt, le monde

    Le programme de la 72e édition du Festival d’Avignon (6 et le 24 juillet).

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.