GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 2 Décembre
Mardi 3 Décembre
Mercredi 4 Décembre
Jeudi 5 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Cinéma: «Asura», le méga-flop d’une superproduction chinoise

    media Le réalisateur Zhang Peng (à dr.) et les acteurs Wu Lei (deuxième à g.) et Zhang Yishang lors d’une promotion pour le film « Asura » à Zhenyang. REUTERS/Stringer

    Une superproduction n'est pas synonyme de succès en salles. Les groupes chinois Zhenjian Film Studio, Ningxia film group et Alibaba Pictures viennent d'en faire l'amère expérience. Ils imaginaient rencontrer le succès avec le premier volet d'une trilogie, présenté comme l'équivalent chinois de la trilogie américaine « Le Seigneur des anneaux ». Mais « Asura » a été retiré de l'affiche après trois jours seulement, tant les retours étaient catastrophiques.

    750 millions de yuans, 95 millions d'euros, c'est le budget pharaonique et inégalé de l'épopée fantastique Asura. Sur le papier, le film a tout pour séduire un public friand de légendes, d'effets spéciaux et de stars. Le scénario s'inspire de la mythologie bouddhiste tibétaine. Le royaume d’Asura, « dimension du désir pur », est menacé par de malfaisants demi-dieux. Un berger bourreau des cœurs de 19 ans découvre qu'il est l'élu capable de sauver le royaume.

    Les stars du cinéma asiatique

    La distribution aligne les stars du cinéma asiatique : Leo Wu, nouvelle coqueluche du 7e art chinois dans le rôle principal, accompagné de Tony Leung Ka-fai et Ming Dao. Aux effets visuels, une équipe de choc aux manettes : la costumière du Seigneur des anneaux et un génie mexicain des effets spéciaux.

    « Asura » peine à remplir les salles

    À l'arrivée, le film signé Peng Zhang, connu pour chorégraphier des cascades à Hollywood, déçoit totalement les critiques et le public. Asura peine à remplir les salles et n’a rapporté que 7 millions de yuans. Les producteurs le retirent de l'affiche au bout de trois jours. Ils annoncent toutefois vouloir le montrer de nouveau dans quelque temps, mais après un nouveau montage.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.