GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Julian Assange inculpé aux Etats-Unis (WikiLeaks)
    • Défense: les Etats-Unis vont réduire de 10% le nombre de leurs soldats en Afrique (porte-parole)
    • Le «génocide» khmer rouge reconnu pour la première fois par le tribunal international
    • Incendie en Californie: le bilan s'alourdit à 63 morts et plus de 600 personnes portées disparues (shérif)
    • Une toile de Hockney vendue 90,3 millions de dollars, record pour un artiste vivant
    Afrique

    Visa pour l'image: une enquête sur des milices burkinabè primée à Perpignan

    media A la fois policiers, juges et bourreaux, les Koglweogo s'emploient à combler les manquements d'un Etat défaillant. © Olivier Papegnies, collectif Huma

    Remis dans le cadre du festival de photojournalisme Visa pour l'image, le Visa d'or de l'information numérique a été décerné ce jeudi 6 septembre aux journaliste et photographe belges Valentine Van Vyve et Olivier Papegnies pour leur enquête sur les Koglweogo, des milices d'autodéfense burkinabè.

    De notre envoyé spécial à Perpignan,

    C'est à l'unanimité que le jury du Visa d'or de l'information numérique a choisi de récompenser Valentine Van Vyve et Olivier Papegnies pour leur enquête « Koglweogo, miroir d'une faillite d'Etat », publiée sur le site de La Libre Belgique. Son président, le photojournaliste Samuel Bollendorf, a salué « un projet porté par un très bon travail photographique et sonore qui ne cherche pas à se détourner des fondements du journalisme sur le web pour proposer une narration sans effets, au service de l’enquête ».

    Familiers des terrains africains, Valentine Van Vyve et Olivier Papegnies ont suivi pendant un mois ces milices citoyennes apparues en 2015 au Burkina Faso. Le sujet est sensible, car il illustre l'impuissance des autorités face à l'insécurité rampante. Les Koglweogo, dont le nom signifie « gardiens de la forêt » en langue moré, sont à la fois policiers, juges et bourreaux. Le nombre de ces groupes d'autodéfense est estimé à 4 400 dans le pays et chacun d'entre eux compte au moins 21 membres. Si leur efficacité est reconnue de tous, leur influence inquiète les défenseurs des droits humains et les représentants du pouvoir judiciaire.

    C'est d'ailleurs d'un cri d'alarme qu'est née cette enquête. Celui d'un Burkinabè ami d'Olivier Papegnies. « Il était inquiet pour la démocratie de son pays », raconte le photographe. Mais le binôme a dû batailler pour la mener à bien. Malgré sa force et son originalité, le sujet n'a pas suscité l'engouement des médias auxquels ils l'ont proposé. Une bourse versée par le Fonds pour le journalisme leur a finalement permis de partir une première fois à l'automne 2017. Là, Valentine Van Vyve et Olivier Papegnies se sont heurtés à la méfiance de leurs interlocuteurs et à des codes qu'ils peinaient à décrypter. « Les Koglweogo, à l'image de la société bukinabè, sont très hiérarchisés, souligne la journaliste. Il nous a fallu trouver les bonnes personnes à qui nous adresser et prendre le temps de gagner leur confiance. » Un deuxième voyage, financé cette fois grâce à une levée de fonds sur internet, a donc été nécessaire.

    Servie par des photos aux noirs profonds et une écriture riche et vivante, cette enquête en quatre chapitres plonge ainsi le lecteur dans l'univers des Koglweogo. Elle s'attache à expliquer comment ces milices sont parvenues, malgré leurs méthodes violentes, à obtenir l'adhésion des deux tiers de la population burkinabè et à se rendre indispensables auprès des autorités. Au point d'être passées en seulement trois ans « du statut de paria à celui de partenaire » dans la lutte contre le banditisme et le terrorisme.

    Le site de Visa pour l’image

    Valentine Van Vyve et Olivier Papegnies, lauréats du Visa d’or de l’information numérique. François-Damien Bourgery/RFI


    ► Le Visa d'or de l'information numérique

    Remis lors du festival de photojournalisme Visa pour l'image à Perpignan avec le soutien des médias d'audiovisuels de service public et doté de 8 000 euros, le Visa d’or de l'information numérique récompense un projet, un contenu, une création numérique se distinguant par le choix, le traitement original d’un sujet d’actualité et par l’utilisation des nouveaux outils multimédias.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.