GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 22 Avril
Mardi 23 Avril
Mercredi 24 Avril
Jeudi 25 Avril
Aujourd'hui
Samedi 27 Avril
Dimanche 28 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Kim a invité Poutine en Corée du Nord, invitation «acceptée» (agence nord-coréenne KCNA)
    • Kim estime que la paix dans la péninsule coréenne dépend des USA (agence nord-coréenne KCNA)
    • Kim accuse les Etats-Unis d'avoir été de «mauvaise foi» lors du sommet de Hanoi (agence nord-coréenne KCNA)
    • Le Chinois Xi Jinping prochainement à la Maison blanche (Donald Trump)
    Culture

    Festival de cinéma de San Sebastián: filmer le temps qui passe

    media Carlos Acosta, danseur cubain, dont l'histoire a inspiré le scénario du film Yuli d'Iciar Bollain, récompensé au Festival international du film de San Sebastian. www.sansebastianfestival.com

    Le palmarès du Festival international du film de San Sebastián a été annoncé samedi soir et parmi les films primés, à commencer par le grand prix du festival, Entre dos aguas, récompensé par la Concha de oro, plusieurs s'attachent à raconter le temps qui passe et à en remonter le fil. C'est le cas de Yuli, de la réalisatrice espagnole Icíar Bollaín, dont le film a été récompensé du prix du meilleur scénario.

    De notre envoyée spéciale à San Sebastián,

    Un prix du meilleur scénario pour Yuli, ex-aequo avec L'Homme fidèle signé de Louis Garrel et Jean-Claude Carrière. C'est Paul Laverty, compagnon dans la vraie vie de la réalisatrice et également scénariste de Ken Loach qui signe le récit de Yuli, surnom du petit Carlos Acosta, futur danseur étoile et chorégraphe cubain, qui interprète son propre rôle adulte. Laherty et Bollaín avaient réalisé ensemble L'Olivier, leur précédent long-métrage.

    Le scénario est une adaptation de l'autobiographie du danseur, No way home et le film est construit sur un va-et-vient fluide entre passé et présent. On retrouve le petit Carlos enfant à qui son père impose la danse pour canaliser son énergie et parce qu'il a senti que son garçon avait un don. Un gamin grandi dans un quartier populaire de La Havane, un Michael Jackson de cour de récré, et qui refuse d'aller aux cours de danse du conservatoire parce ses copains de la rue se moquent du petit « pédé » qui danse. La danse c'est au mieux un truc de fille... Lui son truc, c'est le foot.

    Le petit Carlos Acosta préférait le foot et les copains à la discipline que suppose la danse, un art qui lui a été imposé par son père. www.sansebastianfestival.com

    Poussé par ses parents, soutenu par son professeur de danse, porté par son talent naturel, le petit Carlos finira par quitter Cuba pour se produire à l'étranger et travailler dans de grandes compagnies à Londres et aux Etats-Unis. Certaines séquences de sa vie sont recréées par le biais de chorégraphies comme la danse, magnifique et dure, du ceinturon qui claque, symbole des corrections infligées au gamin, interprétées par Carlos Acosta et le jeune Keyvin Martinez qui joue son rôle jeune homme.

    L'histoire d'une transcendance

    Comment un gamin issu d'une famille modeste, devient un grand artiste. Comment il parvient à puiser grâce à son énergie propre et à celle de ses proches la force nécessaire à vaincre l'éloignement de son île et de ceux qu'il aime, à surmonter les blessures, pour devenir un grand danseur et ensuite lui-même un passeur puisqu'il crée à Cuba sa propre compagnie avec laquelle sont chorégraphiés les ballets.

    Les images sont belles et les extérieurs, notamment à Cuba, filmés avec soin. On y devine l'importance encore la couleur de la peau, récurrente dans le discours du père -qui est noir- qui pousse le petit Carlos à se surpasser en hommage à ses ancêtres esclaves dans des plantations de canne à sucre. Acosta est l'héritier, comme 65% de la population cubaine, des cultures de ces peuples africains. Pour le père, qui pratique des cultes afros, il faut montrer au monde entier qu'un noir peut être le meilleur danseur et interpréter Roméo et Juliette tout comme le regretté Arthur Mitchell qui vient de disparaître et qu'il cite en exemple. De même, quand une partie de la famille s'exile aux Etats-Unis, c'est la « branche blanche » qui part.

    Yuli est avant tout une grande histoire d'amour, raconte Carlos Acosta. D'un fils pour son père, d'un gamin puis d'un homme pour la danse qui a été leur colonne vertébrale, puis d'un danseur pour son île. Cette passion-là, le film la raconte avec émotion et c'est cette chaleur et ces couleurs que le festival de San Sebastián a récompensées.

    ►Le palmarès

    Concha de oro: Entre dos aguas de Isaki Lacuesta (Espagne)

    Prix spécial du jury: Alpha, the right to kill de Brillante Mendoza (Philippines)

    Concha de plata de la meilleure réalisation: Rojo de Benjamin Naishtat (Argentine)

    Concha de plata de la meilleure actrice: Pia Tjelta dans le film Blind spot (de Tuva Novotny, Norvège)

    Concha de plata du meilleur acteur: Dario Grandinetti dans le film Rojo

    A noter que le prix Prix Zabaltegi-Tabakalera a été décerné à Song for the jungle, un court-métrage de Jean-Gabriel Périot, carte postale sonore et désespérée de la jungle de Calais.

    Palmarès complet

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.