GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    «Amanda», quand la vie reprend après les attentats de Paris

    media « Amanda », un film de Mikhaël Hers. Nord-Ouest Films

    Amanda est une petite fille de 7 ans qui vit seule avec sa mère. Son quotidien bascule quand sa mère meurt dans un attentat en plein Paris. C'est son oncle, David, un jeune homme insouciant, qui va devoir s'occuper d'elle et gérer ce deuil brutal. « Amanda », c'est le titre d'un long métrage délicat qui sort ce mercredi 21 novembre sur les écrans français.

    « Je ne m’étais jamais imaginé que je dois m’occuper de ma nièce un jour… » David, un vingtenaire insouciant, à qui Vincent Lacoste prête sa grâce rieuse, va devoir s'occuper de sa nièce Amanda à la mort de sa mère. Le jeune homme ne peut guère compter sur sa famille : son père est décédé et sa mère a quitté la France quand il était enfant. Qui plus est, son entourage est traumatisé, comme lui, par l'attentat ayant endeuillé Paris.

    Film entrepris après les attaques terroristes de 2015, Amanda restitue l'effet de sidération tout en s'appuyant sur un événement fictif. Et sur une trame ô combien chargée, Mikhaël Hers réussit un film aérien, un mélodrame sans pathos.

    « Le film est lumineux »

    « Cela peut paraître bizarre quand on entend parler de la thématique du film, mais, vraiment, je crois que le film est lumineux. C’est important de le dire, parce que je pense que cela peut aussi être l’endroit de l’art de réussir à transmettre la violence, mais de manière plus souterraine, la colère, tous ces sentiments qui font partie de la vie. Mais il faut trouver une manière qui fasse que, malgré tout, qu’on puisse réceptionner la chose, dans une bulle de fiction. Donc, j’espère, à sa petite mesure, le film que procurer ce genre de sentiments. »

    Le film montre la vie qui reprend, doucement, et la fraternité qui peut aider à resserrer les mailles d'une existence déchirée.

    ► À écouter : le réalisateur Mikhaël Hers est aujourd’hui notre Invité Culture

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.