GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Avril
Mercredi 17 Avril
Jeudi 18 Avril
Vendredi 19 Avril
Aujourd'hui
Dimanche 21 Avril
Lundi 22 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    «1958», l’histoire d’Um Nyobe et du Cameroun mise en scène par Blick Bassy

    media Blick Bassy dans les loges au Moods. RFI/Laurence Aloir

    Faire revivre la mémoire et la transmettre, notamment aux plus jeunes... Voilà l'ambition de 1958, titre du spectacle du chanteur camerounais Blick Bassy. La première de cette création aura lieu samedi 1er décembre, au Centre FGO Barbara, à Paris, dans le cadre du festival Africolor. 1958, au Cameroun, c'est l'année de l'assassinat de Ruben Um Nyobe, fer-de-lance de l'indépendance, attaché au progrès social et au panafricanisme, une sorte de « Sankara camerounais ».

    L'assassinat de Ruben Um Nyobe est l'un des pires crimes de la colonisation. Le corps outragé du leader de l'Union des populations du Cameroun, entré en rébellion, finira coulé dans du béton. Soixante ans après, Blick Bassy, chanteur, écrivain, passeur d'histoire, appelle chacun à ses responsabilités.

    « Il faudrait, dit-il, qu’il y ait vraiment une espèce de reconnaissance de la part de la puissance coloniale qu'était la France. L’autre côté, c’est aussi la responsabilité de nos héritiers, de ces combattants, de ces valeureux guerriers qui ont donné leur vie pour nous, ces gens qui sont morts pour que nous, nous puissions être là aujourd’hui, que nous puissions commencer à entrer dans un petit couloir de souveraineté. »

    Le spectacle 1958 mêlera musiques, chansons inédites, contes et prises de parole. Il devait accueillir un des plus grands rappeurs camerounais, Krotal, mais celui-ci s'est vu refuser son visa par les autorités françaises. Blick Bassy ne cache pas sa colère : « Refuser un visa, c’est un message très fort. C’est peut-être pour dire aux plus jeunes : de toute façon, que vous soyez un leader ou pas, que vous soyez exemplaire ou pas, nous ne vous donnerons pas de visa. Votre seule solution est de prendre la mer. C’est ce que cela veut dire. »

    Après le spectacle, avec ou sans rappeur, 1958 est appelé à devenir un disque, l'année prochaine.

    Écouter l’interview avec Blick Bassy, notre Invité Culture.

    Cameroun, 1958, de Blick Bassy, samedi 1er décembre, à 20h30, au Centre FGO Barbara, à Paris. Dans le cadre du festival Africolor (du 16 novembre au 22 décembre 2018).

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.