GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Janvier
Samedi 19 Janvier
Dimanche 20 Janvier
Lundi 21 Janvier
Aujourd'hui
Mercredi 23 Janvier
Jeudi 24 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Culture

    Littérature: hommes, djinns et animaux

    media Le Coran et les hadiths se montrent particulièrement bienveillants envers les animaux, notamment la colombe. Wild Horizons/UIG via Getty Images

    A l’heure où la cause animale fait couler beaucoup d’encre, un ouvrage vient détailler les fondements de la pensée musulmane sur le sujet*. Le Coran et les hadiths se montrent en effet particulièrement bienveillants envers les animaux.

    Anges, hommes, djinns et animaux ont pour mission d’adorer Dieu. Certains oiseaux représentent l’amour, comme le rossignol, la huppe, la colombe ou le héron. Il convient donc de traiter avec respect toute la gent animale. « Faire souffrir inutilement et cruellement un animal est passible des peines de l’Enfer » et toute mise à mort « est entourée de considérations morales et juridiques complexes », explique l’auteur.

    On sait que trois animaux sont d’ores et déjà au paradis : l’ânesse de Bilaâm, injustement battue, le loup accusé à tort d’avoir dévoré Joseph et Qitmîr, le chien des Compagnons de la Caverne qui protégea leur sommeil.

    La bénédiction de Dieu ne se limite pas aux mammifères. Les diligentes abeilles, évoquées dans la sourate 16 qui porte leur nom, ne se retrouveront pas en Enfer, à la différence des serpents et autres scorpions. Dans la sourate 27, « les fourmis », ces insectes s’adressent au roi Salomon. Ce dernier savait d’ailleurs le langage des oiseaux et en avait même incorporé dans son armée.

    Les textes coraniques suggèrent que toutes les créatures sont liées à Dieu par un pacte et par le respect d’une charia propre à chaque espèce.

    Captivant est un chapitre des Epitres des Frères sincères, un texte du Xe siècle, dans lequel les animaux se plaignent aux djinns sages du sort que leur réservent les hommes. Il s’en suit un long procès où chacun avance ses arguments.

    Le roi des fauves a délégué le chacal, celui des oiseaux le rossignol. La grenouille représente les animaux aquatiques, le criquet les animaux rampants. Chacun plaide avec éloquence. Au passage, les critiques pleuvent sur le cheval, qui aide les hommes à chasser ses congénères. En séance plénière, les animaux s’affirment innocents des cruautés du monde : ils sont les vrais croyants, soumis à Dieu. C’est la méchanceté et l’hypocrisie des hommes qui poussent certains animaux à la violence.

    Les hommes rétorquent que, s’ils ont toute disposition sur le règne animal, c’est par la volonté divine. Ils finissent par l’emporter avec un argument massue : la sainteté. Certes, les hommes ne sont pas supérieurs aux animaux, mais les prophètes sont capables d’approcher le monde des anges.

    Mais si les animaux louent Dieu, note l’auteur, cela signifie qu’ils sont conscients de ce qu’ils expriment, ouvrant ainsi un champ d’interrogations nouvelles.

    Ignorant presque tout des djinns, j’ai relu la sourate 72 qui leur est consacrée. Les versets 14 et 15 leur donnent la parole : « Il y a parmi nous des Musulmans et il y a des injustes. Ceux qui sont convertis à l’Islam sont ceux qui ont cherché la droiture. Et quant aux injustes, ils formeront le combustible de l’Enfer. »

    Ces êtres intelligents, mais invisibles, servent d’explication pour certains phénomènes incompris, comme la maladie, la folie, l’amour ou les mirages.

    Seuls Dieu, le Prophète et les saints peuvent percevoir leur corps. Les djinns ont parfois quelques traits animaliers, comme des sabots ou la langue fourchue. La goule n’arrive à se défaire de ses pieds d’âne. Ils peuvent se muer en scorpion, en rat, en corbeau, mais aussi en chats ou chiens noirs. Ils chevauchent des lièvres, des chiens, des autruches et se nourrissent d’os ou de fumigation.

    Attention, ils n’ont rien à voir avec les shaytans maléfiques, suppôts d’Iblîs/Satan. Ils sont susceptibles d’écoute et de foi : Muhammed a converti un groupe de djinns. Il se peut que chaque homme ait son djinn auxiliaire.

    L’auteur pose une question fondamentale tout au long du livre : qu’y a-t-il de spécifiquement humain chez l’homme ? Je retiens cette formule intéressante : Dieu a fait d’Adam son « khalîfa » sur Terre, très exactement son « lieu-tenant ». Le mot « calife » a pris une autre acception en français. Mais, à l’inverse des anges et des animaux, l’homme n’est pas un être achevé. Le projet divin est celui d’un homme parfait, à l’image de Muhammed.


    Pierre Lory, La dignité de l’homme face aux anges, aux animaux et aux djinns, Albin Michel, 2018

    Tous les billets du blog littéraire de Georges Lory

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.