GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Juillet
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Culture

    «Sérotonine», le nouveau roman événement de Michel Houellebecq

    media Michel Houellebecq, en novembre 2014. Miguel MEDINA / AFP

    C'est l'événement de la rentrée littéraire de janvier : la sortie en librairie du nouveau roman de Michel Houellebecq. Quatre ans après le raz-de-marée de son précédent livre « Soumission » vendu à 800 000 exemplaires, l'auteur français le plus célèbre dans le monde et qui a décidé de ne plus donner aucune interview à la presse, publie en effet son 7e roman sous le titre « Sérotonine » aux éditions Flammarion. Un texte très attendu.

    Sexe, solitude, suicide, les obsessions de Michel Houellebecq sont donc de retour avec en plus cette fois la sérotonine. Un neurotransmetteur de l'organisme humain souvent appelé l'hormone du bonheur qui, déclenché par un antidépresseur, atténue la souffrance, sauf que l'auteur ajoute que toute libido s'en trouve anéantie.

    Un risque que prend tout de même Florent-Claude Labrouste, son narrateur, 46 ans, atteint d'une profonde dépression. Professionnelle d'abord, il a perdu son idéal d'ingénieur agronome en servant la cause d'un géant agrochimiste américain, amoureuse ensuite, sa compagne, nymphomane, n'a pas le moindre sentiment à son égard.

    Dans l'impasse, il décide donc de disparaître volontairement. Commencent alors plusieurs mois d'errance en France, où il rompt peu à peu tous liens et s'efface. En s'avançant dans cette longue nuit noire, le personnage de Houellebecq fait un dernier bilan catastrophique de notre société : la destruction des campagnes, l'abandon des agriculteurs, la colère sociale, l'absence de solidarité, des scènes qui nous rappellent l'actualité quotidienne.

    Sans être aussi provocant que d'habitude, sans le cynisme ou la drôlerie dont il a pu faire preuve auparavant, Michel Houellebecq creuse le sillon de l'échec, et dans une longue cérémonie d'adieux raconte la fin d'un monde où la joie de vivre a disparu, remplacée par une infinie tristesse avec ou sans sérotonine.

    Évidemment que ce qui se passe dans "Sérotonine" évoque a posteriori les "gilets jaunes"...

    Agathe Novak-Lechevalier, professeur de littérature moderne à l'université de Nanterre 04/01/2019 - par RFI Écouter
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.