GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Avril
Vendredi 19 Avril
Samedi 20 Avril
Dimanche 21 Avril
Aujourd'hui
Mardi 23 Avril
Mercredi 24 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    «SWAG»: une revue pour l’art et la pensée critique en Afrique

    media Détail de la couverture #6 de la revue « Something We Africans Got ». somethingweafricansgot.com

    C'est la nouvelle revue haut de gamme consacrée à l'art contemporain et à la pensée critique en Afrique, Something We Africans Got. Déjà six numéros, bientôt un septième pour ce trimestriel qui mise sur des articles longs et fouillés pour mettre en avant la diversité, la richesse de la production artistique et de la pensée sur le continent et dans la diaspora africaine.

    Plus qu'une revue, c'est presque un livre qui paraît tous les trois mois sous le titre Something We Africans Got. Plus de 200, voire 300 pages, des photos grands formats, une présentation soignée. Et des articles signés de chercheurs, d'universitaires, qui mettent en avant, à chaque numéro, la création contemporaine dans un pays africain et dans un pays d'accueil de la diaspora : les Pays-Bas, l'Allemagne, les États-Unis, ou même le Japon, où l'on découvre, par exemple, le professeur d'architecture malien Oussouby Sacko, devenu l'an dernier président de Kyoto Seika University.

    « Il faut approfondir les choses »

    C'est Anna-Alix Koffi, trentenaire née en Côte d'Ivoire et élevée à Paris, qui a lancé ce trimestriel en 2017 et qui a eu l'idée de son titre, Something We Africans Got, en abrégé « SWAG », autrement dit, stylé, cool...

    « Ce qu’on attribue aux Africains, quand ce n’est pas la guerre et la misère, c’est le côté swag. Donc, justement, entre la guerre et la misère et le côté cool et stylé, il y a les penseurs, les gens de l’art contemporain, les musiciens, les poètes, les photographes… Toutes ces personnes dont je voulais parler dans la revue. » Une revue très variée et approfondie : « quand j’entends : c’est trop long les articles, moi, cela me tue. Il faudrait qu’on parle en 140 signes comme sur Twitter ? Non. Il faut approfondir les choses. »

    En français et en anglais

    Une revue qui n'est pas à la portée de toutes les bourses. Tirée à 1 500 exemplaires sur papier épais, avec des textes en français et en anglais, elle est vendue 35 euros en France, dans certains lieux prestigieux comme le Palais de Tokyo; 25 000 francs CFA dans les galeries du continent.

    ► Anna-Alix Koffi, fondatrice et directrice de Something We Africans Got, est notre Invitée Culture du 18 janvier 2019.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.