GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 12 Février
Mercredi 13 Février
Jeudi 14 Février
Vendredi 15 Février
Aujourd'hui
Dimanche 17 Février
Lundi 18 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Aide au Venezuela: Guaido appelle à de nouvelles manifestations le 23 février
    • Espagne: 200.000 manifestants à Barcelone contre le procès des indépendantistes (police)
    • Niger: 7 soldats tués dans des combats avec Boko Haram (gouvernement)
    • Report du scrutin au Nigeria: la Commission électorale déclare qu’il n’y a pas eu «d’interférence politique»
    • Cardinal défroqué: «signal clair» que les abus ne sont plus tolérés (évêques américains)
    • Des milliers de Kurdes défilent à Strasbourg une vingtaine d'années après l'arrestation d'Abdullah Öcalan
    Culture

    Cinéma: «Ayka», le calvaire d'une sans-papiers dans une Russie implacable

    media Samal Yeslyamova dans «Ayka», de Sergey Dvortsevoy. KINODVOR / PALLASFILM / OTTERFILMS / ARP SÉLECTION

    Le film « Ayka » a valu à l’actrice kazakhe Samal Yeslyamova le prix d'interprétation féminine à Cannes. Le réalisateur russe Sergey Dvortsevoy raconte le quotidien d'une jeune femme kirghize sans-papiers dans une société russe impitoyable.

    Dans l’hiver glacial de Moscou, une jeune femme s’enfuit par une fenêtre de la maternité, abandonnant son bébé. Elle court à travers les rues enneigées, pliée en deux par la douleur, pour regagner au plus vite un atelier clandestin où elle plume des poulets à la chaîne.

    La caméra de Serguey Dvortsevoy suit au plus près le combat d'Ayka, une jeune Kirghize sans-papiers dont le téléphone sonne sans arrêt traquée par une mafia, à laquelle elle a emprunté de l'argent.

    Un film tourné comme un documentaire

    Le film à l'image grise de neige salie, tourné comme un documentaire, nous montre à peine le visage épuisé et rempli de fièvre de l'héroïne mais expose en gros plan son dos, sa nuque, son profil comme pour mieux souligner son invisibilité.

    Ignorée par ses ex-compatriotes soviétiques, exploitée ou maltraitée par des policiers corrompus, le réalisateur dessine à travers l'errance et le calvaire d'Ayka le portrait d'une société russe impitoyable pour les plus faibles.

    Le jury du dernier Festival de Cannes a décerné à Samal Yeslyamova le prix d’interprétation féminine, pour ce rôle âpre et très physique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.