GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Juin
Jeudi 13 Juin
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Aujourd'hui
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Culture

    Berlinale: l'Ours d'or décerné au film «Synonymes» de l'Israélien Nadav Lapid

    media L'Israélien Nadav Lapid pose avec son Ours d'or pendant la cérémonie de remise des prix de la 69e Berlinale à Berlin, le 16 février 2019. Christoph Soeder

    La 69e Berlinale, le festival international de cinéma - l’un des trois principaux sur le sol européen avec Cannes et Venise - s’achève ce dimanche. Ce samedi soir, le palmarès a été décerné par le jury présidé par l’actrice française Juliette Binoche. Un palmarès audacieux qui sacre Ours d’or un film français réalisé par un cinéaste israélien Nadav Lapid.

    Prime à l’originalité et à l’audace. Le jury sacre le film Synonymes de Nadav Lapid, inspiré de la vie du réalisateur israélien à Paris au début des années 2000. On y voit un étudiant, Yoav, débarquer dans la capitale française. Il se met à nu littéralement et métaphoriquement, en quête d’une identité différente de sa nationalité. Il refuse désormais de parler hébreu par opposition à la politique israélienne.

    En recevant son prix, le réalisateur lui-même reconnaît que ce film aussi burlesque que tragique, de production française, pourrait créer un scandale en Israël.

    Le grand prix du jury échoit à un autre film français, plus classique, mais efficace et remarquablement écrit et interprété : Grâce à Dieu, de François Ozon, sur le scandale de pédophilie au diocèse de Lyon.

    Sont également distingués Yong Mei et Wang Jingchun, respectivement meilleure actrice et meilleur acteur, pour le film chinois So Long my son, de Wang Xiaoshuai, un récit sur l’impact de la politique de l’enfant unique.

    Enfin, le documentaire Talking About Trees, réalisé par le soudanais Suhaib Gasmelbari, sur quatre vieux réalisateurs tentant de réanimer la flamme du 7e art au Soudan, décroche plusieurs prix, dont celui du meilleur documentaire.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.