GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Culture

    «The Mercy of the Jungle», un film antimilitariste rwandais ouvre le Fespaco

    media L'entrée du Fespaco, à la veille de la cérémonie d'ouverture, le 22 février 2019. ISSOUF SANOGO / AFP

    Le Rwanda étant l’invité d’honneur du Fespaco, c’est un film rwandais qui a ouvert le festival ce dimanche 24 février. The Mercy of the Jungle (La Miséricorde la jungle), de Joel Karekezi, met en scène deux soldats rwandais perdus dans la jungle.

    Avec nos envoyés spéciaux à Ouagadougou, Olivier Rogez et Gaëlle Laleix

    1998. La deuxième guerre du Congo vient de commencer. Le sergent Xavier, héros de guerre rwandais, est envoyé avec son unité dans la province du Kivu, à la poursuite des génocidaires. A ses côtés, le jeune soldat Faustin qui s’est engagé pour venger ses parents tués dans le génocide.

    Un matin, les deux hommes perdent la trace de leur unité, et se retrouvent seuls, perdus, dans la jungle. Commence alors une lutte difficile, dans cette forêt dense et sauvage où les pires monstres ne sont pas les animaux, mais les hommes. En l’occurrence les rebelles qui pillent et massacres les rares villages.

    Cette plongée au cœur des ténèbres, celles de la jungle et celles du cœur humain, est filmée de façon magistrale par Joel Karekezi. La bande son est luxuriante et donne une densité au scénario parfaitement maîtrisé. Le film ne cache pas son propos antimilitariste qui éclate dans une fin où le mot miséricorde prend tout son sens.

    Le coup d’envoi du Fespaco a été donné samedi après-midi au Burkina Faso lors d'une grande cérémonie au stade de Ouagadougou. Le Fespaco, plus grand festival de cinéma du continent africain, célèbre cette année son cinquantième anniversaire. Devant une foule enthousiasme, la présidente du premier Fespaco, Alimata Salembere, a exprimé son émotion.

    Le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré (c) salue la présidente du premier Fespaco Salimata Salembere, à l'ouverture du festival, le 23 février 2019. ISSOUF SANOGO / AFP
    A la cérémonie d'ouverture du Fespaco, hommage à un festival qui fête ses 50 ans 24/02/2019 - par Gaëlle Laleix Écouter
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.