GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Mali: 24 soldats maliens et 17 jihadistes tués dans des combats
    • Éliminatoires CAN 2021: l’Algérie évite le piège botswanais et s’impose à Gaborone, 1-0
    • Colonies israéliennes: l'Autorité palestinienne dénonce la position de Washington
    • Washington ne considère plus les colonies israéliennes contraires au droit international (Pompeo)
    • Iran: Washington met fin à une dérogation pour l'usine nucléaire de Fordo (Pompeo)
    • Le groupe sidérurgique indien Tata Steel va supprimer jusqu'à 3.000 emplois en Europe
    • Hong Kong: l'UE demande à la police d'éviter la violence (déclaration)
    • Éliminatoires CAN 2021: la RD Congo tenue en échec par la Gambie à Banjul, 2-2, dans le groupe D
    • Pont effondré près de Toulouse: un deuxième mort retrouvé (maire)
    • Plus de 100.000 enfants en détention aux États-Unis en lien avec l'immigration (ONU)
    Afrique

    Cinéma: au Fespaco, Apolline Traoré met à l’épreuve les racines avec «Desrances»

    media La réalisatrice burkinabè Apolline Traoré présente «Desrances», en lice pour l'Etalon d'or de Yennenga du Fespaco 2019. Siegfried Forster / RFI

    Dans cette édition cinquantenaire du Fespaco, elle figure parmi les favorites pour l’Etalon d’or de Yennenga. La réalisatrice burkinabè Apolline Traoré ambitionne de devenir la première femme à décrocher le prestigieux trophée du Festival panafricain de cinéma avec « Desrances », une histoire de déracinement entre Haïti et la Côte d’Ivoire. Entretien.

    RFI : Votre histoire démarre en Haïti, en 1994, et se poursuit en Côte d’Ivoire, en 2010. Qu’est-ce qui vous a emmené dans ces deux pays ?

    Apolline Traoré : Ces pays ont vécu des guerres civiles très destructives. Je voulais dire que, quel que soit le pays où nous sommes, les guerres civiles, c’est pareil : ça détruit l’homme et cela a un impact extraordinaire sur le psychisme de l’être humain. C’est ce que je voulais montrer.

    Desrances nous parle donc de racines et d’origines ?

    Oui. « Desrances » est le nom d’un ancien esclave qui s’appelle Lamour Desrances. La petite histoire de Lamour Desrances, c’est qu’il a combattu Toussaint Louverture [le chef de la Révolution haïtienne, ndlr], l’emblème d’Haïti, parce qu’il était général dans l’armée de Napoléon.

    Le rôle principal, Jimmy, représente donc le prototype d’un homme déraciné ?

    Exactement. Quoi qu’il ait de racines, il a des origines qui sont là et qu’il faut défendre.

    Au fur et à mesure, d’autres questions apparaissent : l’« africanité », l’« ivoirité », l’étranger, l’immigré.

    Oui, parce que c’est très important. C’est ça qui détruit et qui cause une guerre civile. Quand on grandit dans un pays, on n’a pas la nationalité d’abord. Après, les conflits font qu’on se divise par rapport à notre ethnie, par rapport à notre origine. C’est très destructif. En Côte d’Ivoire, ils ont eu ce problème-là. Les Burkinabè, les Maliens, les Guinéens… vivent dans ce beau pays depuis belle lurette. Malheureusement, un conflit est venu et chacun a été divisé. Et je trouve cela très dommage.

    A un moment du film, on voit des bobines de pellicule par terre. Quel rôle joue le cinéma dans cette histoire ?

    C’est la mémoire. J’ai fait un clin d’œil au cinéma, à la pellicule qui a disparu. Il y a aussi cette petite fille dont la mère a disparu. En même temps, c’est la même représentation que je donne à la disparition de la culture, à la disparition de la bobine. On parle aujourd’hui de la mémoire. Et tout cela fait partie de la mémoire que je représente avec les yeux d’un enfant qui va garder la mémoire de sa mère, à travers ce cinéma-là.

    Ce n’est pas un hasard que vous ayez confié ce rôle à une petite fille et une mère. Vous êtes une femme cinéaste convaincue. Ambitionnez-vous de devenir la première femme cinéaste à remporter l’Etalon d’or de Yennenga au Fespaco ?

    C’est au jury de décider. J’espère que j’ai fait un film assez bien. J’espère que j’ai fait un film assez convaincant pour l’obtenir pour mon pays, parce que je le fais d’abord pour mon pays. Après, on verra.

    A la fin du film apparaît un hommage au grand cinéaste burkinabè Idrissa Ouedraogo, mort le 18 février 2018 à l’âge de 64 ans. De quelle manière vous sentez-vous redevable envers lui pour ce film ?

    Je serai reconnaissante envers lui toute ma vie. Idrissa est mort en bataillant pour que ce film existe, en bataillant pour que j’aie les fonds pour ce film-là. Idrissa m’a ouvert les portes du cinéma africain que je ne connaissais pas. C’est lui qui m’a montré comment faire du cinéma africain, parce que j’ai eu une culture cinématographique américaine. En particulier pour ce film-là, il était présent, il croyait en ce film-là et il s’est battu pour les fonds. Malheureusement, il est décédé sans le voir. Donc, rien ne peut m’empêcher de rendre hommage à Idrissa pour ce film.

    ► Lire aussi : Fespaco 2019: la voix du cinéma africain fête ses 50 ans, rfi, 22/2/2019

    Fespaco 2019 : La liste des films africains en lice pour l’Etalon de Yennenga
    Fespaco 2019 : Qu’attendez-vous du cinquantenaire?

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.