GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    Paris honore le sculpteur Ousmane Sow avec son «Couple de lutteurs»

    media « Le couple de lutteurs » d’Ousmane Sow sera officiellement inauguré mercredi 20 mars à la place de Valois, dans le Ier arrondissement de Paris. Siegfried Forster / RFI

    C’était le 20 mars 1999, Ousmane Sow exposait 75 sculptures géantes sur le pont des Arts à Paris. Les Parisiens déconcertés ont admiré pendant trois mois ce « cortège des damnés de la terre » comme surgi d’un conte africain. Un triomphe, avec trois millions de visiteurs. Vingt ans plus tard, la Mairie de Paris a choisi le 20 mars 2019, Journée mondiale de la Francophonie, pour inaugurer une œuvre pérenne de l’artiste de Dakar, mort en 2016, à 81 ans, entre le musée du Louvre et le ministère de la Culture.

    Le couple de lutteurs d’Ousmane Sow s’installe place de Valois, dans le Ier arrondissement de Paris. Avec cette sculpture en bronze, issue de la série Noubas, peuple du Soudan du Sud, il replace l’Afrique au cœur de l’Europe, affirme Christophe Girard, adjoint à la Maire de Paris pour la Culture :

    « Il s’agit de permettre à cet artiste du majestueux d’être présent à Paris, à quelques mois des élections européennes, où l’on voit bien que nos valeurs vacillent. L’Afrique est le plus grand continent francophone. Tous ses artistes ont leur place dans Paris et ce sont vraiment, véritablement, nos cousins. »

    Après le choc, les honneurs

    Représentant le combat de l’homme au quotidien, l’œuvre a été choisie à l’issue d’un vote des Parisiens : « 200 000 euros, c’est le prix de l’œuvre, avec son installation ».

    Pionnier de l’art contemporain africain, Ousmane Sow a été le premier artiste noir à avoir intégré l’Académie des beaux-arts de Paris dont Laurent Petitgirard est le secrétaire perpétuel. « C’est quelqu’un qui a tracé une trajectoire avec une constance dans les sujets, dans la rigueur. Il était plus que normal de l’honorer. »

    Apparu en 1984, le couple de lutteurs musclés a suscité un choc pour oser briser l’interdit de la représentation du corps dans le monde islamique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.