GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Culture

    «Noureev», le destin exceptionnel d’un danseur

    media Oleg Ivenko dans «Noureev», de Ralph Fiennes. © BRITISH BROADCASTING CORPORATION AND MAGNOLIA MAE FILMS

    L’acteur Ralph Fiennes passe pour la quatrième fois derrière la caméra pour faire « Noureev ». Le biopic du danseur le plus célèbre de l’histoire du ballet moderne, Rudolf Noureev, sort mercredi 19 juin en salles en France, plus de 26 ans après sa disparition, le 6 janvier 1993.

    Le film est centré sur l’année 1961 et le passage à l’Ouest du danseur-étoile. Une défection retentissante, sans doute la plus médiatisée de la Guerre froide. Défection paradoxale qui fit de lui un traître dans son pays, et partout ailleurs l’ambassadeur le plus flamboyant de la danse russe.

    Un danseur de génie

    Quand il était enfant, Rudolf Noureev n'avait pas de chaussure pour aller à l'école. Après sa mort, ses chaussons de danse furent vendus aux enchères pour la somme record de 9 200 dollars. C’est le destin exceptionnel de ce danseur de génie, né derrière le rideau de fer en 1938 dans une famille misérable, qu’entend retracer Ralph Fiennes.

    L’acteur-cinéaste s’attache pour cela à un moment crucial de la vie du jeune prodige : en 1961, celui-ci sort pour la première fois d’Union soviétique pour faire une tournée à Paris. Tournée au terme de laquelle Noureev, alors âgé de 23 ans, va décider de rester dans le monde libre.

    Sa fuite à l’Ouest

    Ce grand saut vers la liberté, comme le titrait la presse de l’époque, est le point culminant du film, mais ce sont surtout les semaines précédentes qui intéressent le cinéaste. Cinq semaines d’émerveillement et de rencontres, entre autres avec Clara Saint, belle-fille d’André Malraux, qui jouera un rôle crucial dans sa fuite à l’Ouest.

    De facture classique, pour ne pas dire académique, Noureev passionnera les fans par sa précision : il raconte un homme hors norme, génial, capricieux, évoque sans s’attarder son homosexualité, décrit ses coups de sang. Il révèle surtout Oleg Ivenko, un danseur ukrainien de 22 ans, superbe dans le rôle de Noureev.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.