GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Luigi Patronaggio, après une inspection de la police judiciaire et de deux médecins, a estimé que la situation critique à bord du bateau humanitaire nécessitait un débarquement des rescapés en Sicile et que l'«Open Arms» devait être placé sous séquestre.

    Dernières infos
    Afrique

    Le photographe Yann Arthus-Bertrand: «mon cœur est en Afrique»

    media Le photographe Yann Arthus-Bertrand dans sa première rétrospective, «Legacy», à la Grande Arche de La Défense, à Paris. Siegfried Forster / RFI

    Avec son projet planétaire « La Terre vue du ciel », il est devenu une icône de la photographie. Après presque cinquante ans de carrière, Yann Arthus-Bertrand présente « Legacy », sa première rétrospective en France, à la Grande Arche de La Défense, à Paris.

    Il a parcouru plusieurs fois la planète, pris des millions d’images vues par des centaines de millions d’hommes et de femmes. Et Yann Arthus-Bertrand connaît comme sa poche l’histoire et les chiffres derrière chacune de ses photos exposées. En revanche, pas sûr que le photographe devenu président de sa propre fondation GoodPlanet restera pour les générations futures un héros écologique. Lui-même admet à demi-mot qu’il a pris dans sa vie plus souvent l’avion que le vélo. Mais sa rétrospective s’avère être une très belle surprise : au-delà d’un point de vue surprenant et d’une esthétique sans faille, ses photos dégagent une empathie sans limites pour les hommes, les animaux, les plantes, les objets, les rochers et bien sûr la beauté de la Terre vue du ciel, son sujet de prédilection. Entretien avec un homme-photographe qui tutoie d’emblée tout le monde.

    RFI : Vous présentez ici une sélection de 250 photos en grand format de presque cinquante ans de carrière. Quelle est votre photo qui a eu le plus d’impact ?

    Yann Arthus-Bertrand : C’est la photo de mon petit-fils sur mon téléphone portable. C’est ça, la photo la plus importante pour moi. Le reste, ça a été fait. Mais, pour moi, la photo peut-être la plus importante, ce sont les photos que j’ai ratées. Et j’ai raté pas mal de photos dont une photo de lion que je n’ai pas faite, il y a 40 ans. Cette photo-là - cette lionne qui montait sur le dos d’un buffle pour chasser - est peut-être plus importante dans ma tête que les photos que j’ai réussies.

    Être un photographe engagé pour l’environnement et prendre les photos en hélicoptère, est-ce compatible ?

    De moins en moins. De toute façon, ce n’est pas tellement l’hélicoptère qui dépense du carbone, c’est surtout l’avion pour me déplacer. Quand on se déplace avec des équipes de télé assez loin, on dépense beaucoup plus de carbone qu’avec l’hélicoptère. L’hélicoptère, cela consomme 200 litres à l’heure. En effet, on peut en faire une dizaine d’heures. Cela fait 2 000 litres, mais 2 000 litres, c’est, par exemple, ce qu’il faut pour un aller-retour Paris-Tahiti. Je m’aperçois que mon bilan carbone est beaucoup plus dû aux avions qu’aux hélicoptères. C’est vrai, ce n’est pas terrible, mais je fais de la compensation carbone avec ma fondation depuis très longtemps, même si ce n’est pas l’idéal. Et aujourd’hui, je fais beaucoup plus de drones que d’hélicoptères…

    Au début de votre carrière, à l’âge de 30 ans, vous avez étudié pendant trois ans des lions au parc national Massaï Mara, au Kenya. Quelle est votre relation avec l’Afrique ?

    L’Afrique est très importante pour moi, parce que j’ai plusieurs fois couvert le rallye Paris-Dakar, j’ai travaillé beaucoup en Afrique et c’est vraiment un endroit où je me sens bien. J’aime les Africains. Les Africains vivent beaucoup plus que nous le temps présent. Donc, je ris beaucoup plus, je suis beaucoup plus à l’aise avec les Africains, moi, qui est quelqu’un qui cherche toujours à parler de mon avenir. Les Africains me ramènent un peu les pieds sur terre. J’adore aller en Afrique. Je m’occupe d’un orphelinat à Brazzaville. J’y vais souvent, il y a des gens formidables. Mon cœur est quelque part en Afrique.

    Il y a des personnes ou des pays en particulier ?

    Non, il y a des personnes dans tous les pays. Quand on a 73 ans comme moi, quand on était dans 130 pays, on se fait des amis partout. Donc, je ne veux citer personne en particulier. Peut-être la sœur Ida qui s’occupe de mon orphelinat à Brazzaville, que j’aime beaucoup.

    Et le Kenya où vous avez appris la photographie lors de votre étude sur les comportements des lions ?

    Le Kenya, j’y étais beaucoup dans les années 1980, j’y vais beaucoup moins maintenant, parce que le Kenya d’aujourd’hui est vraiment un Kenya très différent de celui que j’ai connu. Il y a une démographie galopante au Kenya qui fait que le pays ne ressemble plus au pays que j’ai connu : les réserves se sont rétrécies, il y a beaucoup moins d’animaux, beaucoup plus de touristes. J’aime moins le Kenya aujourd’hui que le Kenya que j’ai connu, mais peut-être c’est toujours la même chose : c’était toujours mieux avant [sourire].

    Legacy – une vie de photographe, rétrospective de Yann Arthus-Bertrand, du 28 juin au 1er décembre sur le toit de la Grande Arche de la Défense, Paris.

    ► Dans le cadre de cette exposition inédite, une grande vente aux enchères aura lieu le 28 novembre 2019 au profit de la Fondation GoodPlanet.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.