GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    «L’Odyssée» à Avignon: «c’est comme une série Netflix»

    media Les spectateurs en voyage dans « L’Odyssée » d’Homère, mise en scène par Blandine Savetier au Festival d’Avignon. Siegfried Forster / RFI

    « L’Odyssée » ? Presque trois mille ans et pas une ride. Au Festival d’Avignon, à midi, c’est chaque jour le même spectacle avant le spectacle. Une queue énorme de passionnés de théâtre attend impatiemment devant le pittoresque jardin Ceccano. Dès que la grille s’ouvre, ils prennent d’assaut les bancs installés sous les oliviers pour écouter « leur » feuilleton théâtral. Cette année, c’est « L’Odyssée » d’Homère en treize épisodes, mise en scène par Blandine Savetier avec des jeunes comédiens « comme une série Netflix ». Entretien.

    RFI : Vous présentez au Festival d’Avignon L’Odyssée d’Homère. Une Odyssée aujourd’hui, qu'est-ce que c'est pour vous ?

    Blandine Savetier : Pour moi, l’Odyssée, c’est un voyage, la rencontre de l’autre. C’est le désir d’aller vers l’autre. C’est une pérégrination, un voyage avec des épreuves, des difficultés. C’était ça, l’Odyssée d’Ulysse. Mais, la différence avec les odyssées contemporaines, l’Odyssée d’Homère, c’est le retour d’Ulysse à Ithaque. En vérité, ce qui est important, ce n’est pas tant le retour d’Ulysse à Ithaque, mais le voyage comme épreuve initiatique, comme richesse de vie. La thématique la plus forte est sur la rencontre de l’autre, la curiosité envers l’autre, la question aussi de l’hospitalité : comment accueillons-nous un Autre avec un grand « A », celui qu’on nomme « étranger », mais qui n’est peut-être pas si différent de nous. Ce n’est pas parce qu’il a une autre couleur qu’il est différent. C’est un être humain.

    Votre Odyssée est un spectacle et en même temps un feuilleton théâtral, à vivre sur place, ici dans le Jardin Ceccano à Avignon, mais aussi sous forme d’une transmission en direct par Facebook live ou en vidéo de rattrapage. Peut-on dire que votre Odyssée est un peu la série Netflix du Festival d’Avignon ?

    Ah, oui, nous l’avons pensé comme ça, parce que nous terminons toujours chaque épisode sur un point clé, un point de suspense. Donc, oui, on peut dire que c’est un peu comme une série de Netflix. Surtout, c’était un travail chronophage. L’Odyssée, c’est 24 chants et il fallait les repartir en 13 épisodes, entre 50 minutes et une heure. Donc, il fallait calibrer et orchestrer tout cela. Donc, oui, pour moi, c’est comme vous dites, c’est comme une série Netflix.

    À lire aussi : le défi des réseaux sociaux pour le théâtre

    En tant que metteuse en scène, vous êtes connue pour vos spectacles hybrides. Quelle est pour vous le rôle et la place des nouvelles technologies dans le théâtre ?

    Il ne faut pas mettre de la technologie pour la technologie, parce que sinon, cela n’a aucune pertinence. Mais si la technologie vient servir un propos ou un geste artistique, là, d’accord. Mais si c’est pour prendre la place du jeu des comédiens… Un comédien, avec son imaginaire, avec sa manière de dire un texte et de faire voyager les spectateurs, il est peut-être meilleur que beaucoup de caméras qui nous filment parfois dans des spectacles des paysages et des choses comme ça.

    Il faut faire confiance aussi à l’imaginaire des spectateurs. Si les acteurs sont bons et arrivent à tenir un texte, à convoquer des images, à s’adresser vraiment au cœur des spectateurs, à son âme, le spectateur pourra voyager. Il n’y a pas besoin de lui balancer des images, du bruit, etc. Parfois on sature de trop d’explications dans les spectacles. La technologie, c’est bien, si ce n’est pas la technologie pour la technologie.

    Blandine Savetier, metteuse en scène de « L’Odyssée », le feuilleton théâtral du 73e Festival d’Avignon. Siegfried Forster / RFI

    À lire aussi : Christiane Jatahy à Avignon: «Faire du théâtre est un acte de résistance»

    À lire aussi : «Architecture», l’ouverture radicale ou ratée du Festival d’Avignon

    À lire aussi : Ouverture du 73e Festival d’Avignon: l’Europe, l’exil et les odyssées

    L’Odyssée d’Homère, mise en scène par Blandine Savetier, tous les jours (sauf dimanche), à 12h, du 6 au 20 juillet, au Jardin de la bibliothèque Ceccano, au Festival d’Avignon.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.