GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Culture

    Festival d’Avignon: Akram Khan se joue du diable

    media « Outwitting the Devil », chorégraphie d’Akram Khan au Festival d’Avignon. © Christophe Raynaud De Lage / Festival d’Avignon

    Akram Khan, le chorégraphe britannique d’origine bangladaise, a pris place dans la scène mythique de la Cour d’honneur du Palais des papes pour présenter sa dernière création au Festival d’Avignon : « Outwitting the devil », qui peut se traduire par « se jouer du diable ».

    Quand on rentre dans la cour du Palais des papes, c’est le décor qu’on voit d’abord. Akram Khan a conçu un rectangle noir au milieu de la scène, entouré de pierres alignées symétriquement. Pierres tombales ? Symbole d’un monde en destruction ?

    « Une fresque socio-environnementale ». C’est ainsi qu’Akram Khan définit sa création qui prend sa source dans divers récits et mythes de l’humanité. Six danseurs occupent l’espace, le plus âgé a 68 ans. Ils sont d’origines diverses et mêlent les gestes traditionnels, de la danse indienne à la danse contemporaine.

    Ils forment une meute et s’en prennent à l’un d’eux, la danse se fait combat, déchirement, cris. Des interprètes exceptionnels, mais peu soutenus par une dramaturgie mince et une chorégraphie répétitive qui noient le spectacle dans l’excès et le pathos d’emblée. Le tout sur une musique pesante et pompeuse. Beaucoup de clichés pour cette fin du monde annoncée.

    À lire aussi : Festival d’Avignon: «Outside», de Kirill Serebrennikov, une ode à la liberté

    À lire aussi : Festival d'Avignon: quand le théâtre donne une nouvelle place aux spectateurs

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.