GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Culture

    Bilan du Festival d’Avignon: la politique seule ne fait pas théâtre

    media « Place », une pièce pleine d’humour et de poésie de la jeune Tamara Al Saadi au Festival d’Avignon. © Christophe Raynaud De Lage / Festival d’Avignon

    C'est devenu un rituel pour la clôture du Festival d'Avignon. Un concert met le point final ce mardi 23 juillet au soir à la 73e édition du festival de théâtre. Le DJ Arnaud Rebotini interprètera dans la Cour d'honneur du Palais des papes la bande originale du film « 120 battements par minute » autour de la lutte contre la maladie du sida. Une composition pour laquelle il a reçu un César en 2018. Retour sur les points forts de cette édition, la sixième sous la direction d'Olivier Py.

    Un festival à deux vitesses c'est peut-être ce qui restera de cette édition sous la thématique de l'Odyssée. Des pièces au sommet de l'art du théâtre, Kirill Serebrennikov signe une ode à la liberté en hommage à un autre artiste comme lui aux prises avec les autorités de son pays le Chinois Ren Hang. Ou encore Phèdre sous forme de comédie par François Grémaud, moment réjouissant d'écriture et de jeu.

    La Brésilienne Christiane Jatahy nous a embarqués à travers le monde : des migrants syriens à la forêt amazonienne. Alarmant, mais loin d'être larmoyant. La jeune Tamara Al Saadi est partie de sa double identité irakienne et française pour une pièce pleine d'humour et de poésie sur le difficile parcours d'une immigrée dans la société française.

    Et puis il y a des pièces qui ont voulu d'emblée envoyer un message politique et qui ont raté le coche du théâtre. Architecture, le spectacle d'ouverture de Pascal Rambert au texte faible malgré un casting de vedettes. Akram Khan, le chorégraphe star lui succède dans la Cour du Palais des papes pour un spectacle sur la fin du monde lourd et poussif. Alexandra Badéa se penche sur la guerre d'Algérie dans une pièce qui tombe à plat. Le théâtre tribune pour la politique, ça va de soi, mais la politique seule sur le plateau ça ne fait pas théâtre.

    À écouter aussi : notre Invitée Culture aujourd'hui est la jeune metteuse en scène Tamara Al Saadi qui présente sa pièce Place au Festival d'Avignon.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.