GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
Samedi 14 Décembre
Dimanche 15 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Décembre
Mercredi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Le prix Goncourt des lycéens décerné à Karine Tuil pour «Les choses humaines»

    media Portrait de la romancière Karine Tuil, lauréate du prix Goncourt des lycéens 2019 pour « Les choses humaines » (Gallimard). © Francesca Mantovani

    La romancière française Karine Tuile a remporté jeudi 14 novembre le prix Goncourt des lycéens 2019 avec « Les choses humaines », le procès d’un viol. Un prix décerné par douze lycéens délégués et très convoité car aussi prescripteur pour la vente que le plus prestigieux prix littéraire français, le « vrai » Goncourt.

    Après avoir décroché mercredi le prix Interallié, Karine Tuil a eu ce jeudi la faveur du jury du Goncourt des lycéens. « Je suis extrêmement émue, a déclaré la romancière après l’annonce. C'est une très grande joie de participer à ces échanges avec les lycéens. »

    L’histoire du roman tourne autour d’une affaire de viol et fait donc écho à l’actualité médiatique de ces derniers jours en France avec les déclarations de l’actrice Adèle Haenel et les nouvelles accusations envers le cinéaste Roman Polanski.

    Karine Tuil met en scène un récit très efficace qui jongle entre le pouvoir, le sexe et les médias. Elle raconte l’histoire du point de vue d’un juré de cour d’assises. Sans filtre, on assiste ainsi au premier rang aux plaidoiries du procès contre Alexandre, fils d’un journaliste star de la télé et d’une mère féministe. Il est accusé d’avoir violé sur le campus de l’université de Stanford, Mila, la fille du nouveau compagnon de sa mère. Néanmoins, il peut compter sur son soutien.

    La construction des réalités

    La romancière souligne avoir commencé à travailler sur le sujet de la « culture » du viol bien avantl’affaire Weinstein et le mouvement #MeToo. Avec une langue très maîtrisée, elle fait apparaître les jeux et les enjeux du pouvoir avec tous les dégâts collatéraux que cela implique pour la société. « Selon votre place sociale, vous n’allez pas être jugé de la même façon. » Comme dans plusieurs livres précédents, la construction des récits et des réalités se trouve au cœur des préoccupations littéraires de Karine Tuil.

    Créé par la Fnac et le ministère français de l’Enseignement et de la Jeunesse, le prix est attribué par un jury de douze lycéens délégués, issus d’un panel de 2 000 élèves d’une cinquantaine d’établissements scolaires dans tout le pays, dont un lycée de Fort-de-France (Martinique).

    Capter l’ambiance d’une époque

    Avec Karine Tuil, le Goncourt des lycéens honore une auteure très prolifique. Née en 1972 à Paris, elle est l’auteure de onze romans. Elle a commencé sa carrière d’écrivain après des études de droit avec Pour le Pire en 2000, où elle observe la lente et douloureuse décomposition d’un couple. Le premier succès arrive avec Interdit en 2001, qui évoque la crise identitaire d’un vieux juif. Sa trilogie sur la famille juive passe aussi par Du sexe féminin en 2002 où elle relate avec délicatesse et franchisse l’humour juif à travers des relations mère-fille.

    En 2012, elle présente avec L’Invention de nos vies un roman transcendant la vie de la société française en faisant allusion aux émeutes en banlieue de 2005, au calvaire du jeune juif Ilan Halimi, enlevé et martyrisé par le « gang des barbares », en passant par le phénomène des jihadistes français, jusqu’aux affaires de sexe de Dominique-Strauss Kahn.

    Dans Les choses humaines, elle ambitionne également de capter, au-delà d’une histoire, l’ambiance d’une époque en intégrant de nombreux événements ayant marqué la société française, dont la tuerie antisémite de Toulouse perpétrée par Mohamed Merah.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.