GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 21 Novembre
Jeudi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Culture

    Oscars: «Birdman» triomphe, Eddie Redmayne récidive

    media Alejandro Inarritu, le réalisateur de «Birdman», récompensé par l'Oscar du meilleur film. REUTERS/Lucy Nicholson

    La 87e cérémonie des Oscars a vu, cette nuit, le triomphe de Birdman (Oscar sur meilleur film), du Mexicain Alejandro Gonzales Inarritu (Oscar du meilleur réalisateur). L’acteur Eddie Redmayne est, lui, récompensé pour la troisième fois cette année (après les Golden Globes et les Bafta Awards) en tant que meilleur acteur. Julianne Moore, émouvante dans Still Alive, décroche la statuette de meilleure actrice.

    Ce n’est pas vraiment une surprise. Avec neuf nominations, Birdman, du Mexicain Alejandro Inarritu, était le grand favori de ces 87e Oscars. Meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario original et meilleur directeur de la photographie, ce film noir qui raconte la reconversion d’un ex-acteur de film de super-héros au théâtre, a survolé la cérémonie. Son réalisateur, Alejandro Inarritu, en a profité pour adresser un message politique en rendant hommage aux Mexicains, et aux immigrés mexicains aux Etats-Unis

    Je voudrais dédier cette récompense à mes compatriotes mexicains au Mexique. J'espère que nous allons pouvoir construire le gouvernement que l'on mérite et je dédie aussi ce prix aux jeunes mexicains qui vivent dans ce pays. J'espère qu'ils seront traités avec la même dignité et respect que ceux qui les ont précédés dans cette nation incroyable d'immigrants.
    Alejandro Gonzalez Iñarritu 23/02/2015 Écouter

     

    The Grand Budapest Hotel, de Wes Anderson, n’est pas non plus en reste, avec quatre statuettes dans sa besace lui aussi, dont celle de meilleure bande originale, grâce au Français Alexandre Desplat.

    Ces Oscars 2015 ont aussi vu le sacre du Britannique Eddie Redmayne (meilleur acteur) pour son interprétation magistrale du cosmologue Stephen Hawking dans le film Theory of Everything (Une merveilleuse histoire du temps). Cette année, il avait déjà été primé aux Golden Globes américains, et aux Baftas Awards, dans son pays.

    Côté actrice, c’est Julianne Moore qui a raflé la mise. Dans Still Alive, elle incarne magistralement une malade d’Alzheimer, mère de trois enfants, qui se bat contre la maladie.

    REACTION
    J’ai lu un article qui disait que gagner un Oscar pouvait rallonger mon espérance de vie…
    Julian Moore 23/02/2015 - par RFI Écouter

    Dans la catégorie second rôle, J.K Simmons a été justement récompensé pour son rôle du professeur de batterie tyrannique dans Whiplash et Patricia Arquette a décroché la statuette pour son interprétation d'une mère divorcée dans Boyhood et en a profité pour tenir un discours de remerciement très militant : « À toutes les femmes qui ont enfanté, à tous les contribuables et à tous les citoyens de ce pays, nous nous battons pour l'égalité des droits. Il est temps pour nous les femmes, d'obtenir l'égalité salariale et l'égalité des droits aux États-Unis». Un message féministe qui a enthousiasmé Meryl Streep et Jennifer Lopez, présentes dans la salle.

    Un Français, parmi les lauréats : Alexandre Desplat

    C’est pour la bande originale du film de Wes Anderson, The Grand Budapest Hotel, que ce Français de 53 ans a été récompensé. Compositeur préféré de Roman Polanski, de David Fincher, ou encore de Stephen Frears, Alexandre Desplat reçoit ses premiers trophées en France puis à Berlin. Un César et un Ours d’argent (en 2006) pour De battre mon cœur s’est arrêté, suivis en 2013 d’un nouveau César pour la bande originale de De rouille et d’os.

    Né en 1961 d’un père français fan de la chanteuse égyptienne Oum Kalsoum et d’une mère grecque, Alexandre Desplat a baigné dès l’enfance dans un tourbillon musical, du jazz à la bossa nova en passant par les musiques grecques et arabes. Dans les années 1990 et 2000, il travaille avec une pléiade de cinéastes français, entre autres Xavier Giannolli, Marion Vernoux, Solveig Anspach, Patrice Leconte.

    C’est en 2004 que sa carrière s’internationalise, lorsqu’il compose la musique de La jeune fille à la perle, de Peter Webber et surtout de Birth, de Jonathan Glazer qui lui vaut de multiples propositions outre-Atlantique. Dès lors les projets d’envergure s’enchaînent, des Marches du pouvoir de George Clooney en passant par le dernier Harry Potter jusqu’au Grand Budapest Hotel de Wes Anderson pour qui il a su reconstituer brillamment l’univers musical et sonore de la « Mitteleuropa » (Europe centrale) de l’entre-deux-guerres.


     ■ Le palmarès de la 87e cérémonie des Oscars

    Meilleur film : Birdman, d'Alejandro Gonzalez Inarritu

    Meilleur acteur : Eddie Redmayne, dans Theory of Everything

    Meilleure actrice : Julianne Moore, dans Still Alice

    Meilleur réalisateur : Alejandro Gonzalez Inarritu, pour Birdman

    Meilleur acteur dans un second rôle : J.K. Simmons, dans Whiplash

    Meilleure actrice dans un second rôle : Patricia Arquette, dans Boyhood

    Meilleur film en langue étrangère : Ida, de Pawel Pawlikowski (Pologne)

    Meilleur scenario original : Alejandro Gonzalez Inarritu, Nicolas Giacobone, Alexander Dinelaris Jr. et Armando Bo, pour Birdman

    Meilleur scenario d'adaptation : Graham Moore, The Imitation Game

    Meilleur film d'animation : Big Hero 6 (Les nouveaux héros), Disney Animation

    Meilleure bande originale : Alexandre Desplat, The Grand Budapest Hotel

    Meilleure chanson originale : Glory, du film Selma, par Common et John Legend

    Meilleurs décors : Adam Stockhausen et Anna Pinnock, The Grand Budapest Hotel

    Meilleure photographie : Emmanuel Lubezki, Birdman

    Meilleurs effets spéciaux : Interstellar, de Christopher Nolan

    Meilleurs maquillages et coiffures : Frances Hannon et Mark Coulier, The Grand Budapest Hotel

    Meilleurs costumes : Milena Canonero, The Grand Budapest Hotel

    Meilleur court métrage : The Phone Call, de Mat Kirkby et James Lucas

    Meilleur court métrage d'animation : Feast, de Patrick Osborne et Kristina Reed

    Meilleur son : Craig Mann, Ben Wilkins et Thomas Curley, Whiplash

    Meilleur montage son : Alan Robert Murray et Bub Asman, American Sniper

    Meilleur long métrage documentaire : CitizenFour, de Laura Poitras, Mathilde Bonnefoy et Dirk Wilutzky

    Meilleur court métrage documentaire : Crisis Hotline: Veterans Press 1, d'Ellen Goosenberg Kent et Dana Perry 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.