GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dépêche

    CAN-2019 : "One two three viva l'Algérie", liesse des supporters des Fennecs en France

    Par AFP
    media

    "Viva l'Algérie": sur les Champs-Elysées à Paris comme sur le Vieux port à Marseille, les supporters de l'équipe de foot algérienne ont laissé exploser leur joie à la victoire de leur équipe jeudi à grands renforts de chants et de coups de klaxon.

    La fête a toutefois été ternie autour de minuit par le pillage de quelques magasins à proximité des Champs-Elysées par des plusieurs dizaines de personnes avant l'intervention des forces de l'ordre, a constaté un journaliste de l'AFP.

    Au dernier tir au but victorieux face à la Côte d'Ivoire en quart de finale de la Coupe d'Afrique des nations (CAN), les drapeaux algériens ont fleuri comme par magie sur les Champs-Elysées et les klaxons ont résonné de toute part des camions, voitures, scooters...

    "On a gagné!": la nouvelle se propage à toute vitesse sur le haut de l'avenue. Des grappes d'adolescents se forment au niveau de la place de l'étoile. Smartphone en main, ils filment et chantent "One, two, three, Viva l'Algérie!"

    "What's going on?", demande un touriste étranger, totalement interloqué mais qui filme quand même à son tour.

    La police tente de contenir la foule sur le trottoir mais ce n'est pas évident car elle est galvanisée par les voitures de plus en plus nombreuses qui passent en klaxonnant.

    Beaucoup de touristes se laissent emporter et fredonnent l'air entêtant du slogan des supporters, sans savoir ce que ça veut dire.

    Saïd, 16 ans, maillot de Ryad Mahrez, capitaine des Fennecs sur le dos. "Ce soir, Paris c'est l'Algérie ! Ça va être de la folie ! On va la gagner cette CAN!"

    Même enthousiasme de Djamal, 18 ans, à Marseille: "J'y crois pas c'est un rêve, après la coupe du monde à la France, on va gagner la CAN !", exulte-t-il, un grand drapeau algérien sur les épaules tandis que la Canebière suffoque sous les fumigènes.

    Quelque 6.000 supporters s'étaient réunis sur le Vieux-Port, d'après la préfecture de police. Les forces de l'ordre ont tiré quelques grenades lacrymogènes pour contenir la foule, a constaté une journaliste de l'AFP.

    Dans le quartier de la Guillotière, à Lyon, Mehdi voit lui aussi déjà l'équipe en finale, "et on va gagner, ça fait 29 ans que l'on attend ça!"

    - "On va faire la fête" -

    Youssef n'en revient pas: le jeune homme d'origine marocaine, avait choisi l'Institut du monde arabe (IMA) sur les bords de Seine pour venir regarder le match et il a l'impression d'être "au stade".

    "Il y a une ambiance de folie avec la musique et tout", se réjouit ce technicien de maintenance à l'IMA.

    "On a été dépassé par le succès", raconte Romain Pigenel, directeur de la stratégie de l'institut, évoquant un "phénomène viral". "Mardi, à 16h en cinq minutes plusieurs centaines de places ont été écoulées".

    A Barbès dans le nord de la capitale, ce sont les cafés et restaurants qui ont été pris d'assaut.

    "Je tremble parce qu'on est qualifié. On était stressé, on a raté plein d'occasions", lance Ryad, agent de la RATP de 46 ans, qui embrasse son drapeau algérien.

    Derrière lui des fumigènes rouges et verts sont allumés au rythme des chants et les pétards éclatent.

    "C'est les meilleurs, ils ont gagné", tranche Baoubche 67 ans qui est venue spécialement de Courbevoie avec ses deux amies et lance des youyous pour célébrer la victoire. "On va faire la fête, nos copines nous attendent à la maison"."

    Sur le haut des Champs-Elysées où se concentre la foule en liesse, Samia, mère de famille, tient son fils en bas âge par la main, et regarde calmement passer le flot ininterrompu et sonore de voitures et de drapeaux.

    "Ça a pas été un match facile, donc c'est pour ça que c'est comme ça (la foule et le bruit). On est un peuple fier. Et on n'a pas toujours l'occasion d'être fier d'être Algérien donc quand ça arrive, ça devient un peu fou."

    meh-sva-jp-ppy/tib/sma

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.