GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 23 Octobre
Mardi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dépêche

    L'ex-joueur de l'OM Souleymane Diawara renvoyé en correctionnelle pour une extorsion

    Par AFP
    media Le défenseur Souleymane Diawara lors d'un échauffement avec l'OM avant un match contre Evian, le 17 août 2014 au Vélodrome AFP/Archives

    L'ex-footballeur de l'OM Souleymane Diawara a été renvoyé devant le tribunal correctionnel de Digne-les-Bains dans une affaire d'extorsion autour de l'achat, en liquide, d'une voiture à 50.000 euros, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

    L'ancien joueur est renvoyé, aux côtés de son frère Adama Diawara et quatre complices présumés pour "complicité d'extorsion et de tentative d'extorsion", une affaire qui lui avait valu d'être détenu du 9 avril au 26 juin 2015.

    Selon l'enquête du magistrat instructeur, 19 mars 2015, cinq personnes dont le frère du joueur s'étaient rendus à Reillanne (Alpes-de-Haute Provence) au domicile d'un vendeur de voitures de luxe avec lequel Souleymane Diawara avait un contentieux depuis plusieurs années au sujet d'un véhicule acheté 48.900 euros, en liquide. En présence de son épouse et de ses deux fillettes, ils lui avaient réclamé 50.000 euros. Adama Diawara avait mis le haut parleur de son téléphone portable connecté à celui du joueur, qui donnait des instructions à distance.

    Les cinq hommes étaient repartis au volant d'un véhicule BMW pris "en gage", avec la promesse de le restituer une fois versés 10.000 euros avant le 10 avril 2015. Faute de quoi, a soutenu la victime, la menace lui a été faite de lui "envoyer des méchants". Il a raconté avoir été "violemment bousculé" lorsqu'il a ouvert sa porte aux intrus qui menaçaient de la casser pour entrer, ce qu'a contesté Adama Diawara.

    Selon les mis en examen, la rencontre s'était déroulée sans violence, paisiblement et avait abouti un accord au sujet de la BMW.

    La juge d'instruction a estimé que "Souleymane Diawara (était) à l'origine de la commission des infractions. C'est lui qui était en conflit avec (le vendeur d'automobiles) et c'est lui qui voulait récupérer son argent. C'est sur son désir et ses indications que la +descente+ a été organisée".

    A l'époque des faits, Souleymane Diawara était passé de l'OM à l'OGC Nice, en défense. Il avait fait intervenir un ami policier pour obtenir l'adresse de la victime. Il a reconnu avoir dit à son frère : "Tu ne pars pas de la maison tant qu'il ne t'as pas remis les clés" de la voiture. "Bien que Souleymane Diawara indique avoir à faire à un escroc", conclut la juge d'instruction, "il convient tout de même de noter qu'il a payé en cash la somme de 50.000 euros pour l'achat d'une voiture et qu'il n'a pas déposé plainte pour récupérer son argent".

    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.