GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dépêche

    F1: pour Magnussen (Haas), "Alonso se prend pour Dieu"

    Par AFP
    media Le pilote McLaren Fernando Alonso dans le paddock du circuit belge de Spa-Francorchamps, le 23 août 2018 AFP/Archives

    Il se prend pour Dieu", a commenté le Danois Kevin Magnussen (Haas) après son duel en piste avec l'Espagnol Fernando Alonso (McLaren) lors des qualifications du Grand Prix d'Italie samedi.

    "Il a cru qu'il allait pouvoir doubler au premier virage, mais plutôt me pendre ! C'était complètement stupide et inutile. Je n'allais pas le laisser me doubler et sacrifier mon propre tour. Je sais qu'il se prend pour Dieu mais c'était hors de question !", a lancé Magnussen.

    "Il est venu me voir après et m'a ri au nez. C'était irrespectueux. J'ai hâte qu'il prenne sa retraite", a-t-il poursuivi. Il dit que ses tours sont divins, il se prend littéralement pour Dieu."

    Les deux hommes, dont aucun ne voulait laisser passer l'autre, se sont gênés lors de leur ultime tour lancé dans la deuxième partie des qualifications (Q2), ce qui a empêché Magnussen d'accéder à la Q3, à laquelle il pouvait prétendre, pour deux millièmes de seconde.

    Rejetant la responsabilité de leur accrochage sur le Danois, Alonso a pour sa part lâché: "il y a beaucoup de catégories de pilotes, puis il y a les pilotes Haas, qui ont la troisième ou quatrième meilleure voiture de la grille et se font éliminer en Q2."

    Ce à quoi le patron sportif de Haas, Guenther Steiner, interrogé par Motorsport.com, a répondu en critiquant les choix de carrière d'Alonso, et notamment sa présence chez McLaren, avec qui il n'a jamais été en position de gagner des courses.

    "Il peut parler pour lui, pas pour les autres. C'est un bon point de départ dans la vie, a-t-il lancé. Alonso se plaint, mais il se plaint de tout le monde. C'est comme ça qu'il s'en sort impunément."

    Saisis, les commissaires n'ont pas infligé de sanction aux deux pilotes, jugeant qu'aucun n'avait gêné l'autre de manière outrancière et que tous les deux avaient perdu le bénéfice de ce tour.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.