GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dépêche

    Un Français va tenter la traversée de l'Atlantique en paddle sans assistance

    Par AFP
    media Nicolas Jarossay sur son stand up paddle lors d'un entraînement, le 15 mars 2016 à Martigues AFP

    Nicolas Jarossay, un Français de 38 ans, va tenter d'ici quelques semaines de traverser l'Atlantique seul sur un stand up paddle et sans assistance, une première mondiale, a-t-il annoncé lors d'une conférence de presse.

    Ce pompier professionnel de 1,90 m pour 90 kg, qui pratique cette discipline - consistant à ramer debout sur une planche - depuis environ 8 ans, prévoit de partir du Cap Vert vers le 31 mars, en fonction de la météo, pour rallier, en 60 à 75 jours, la Martinique. La traversée, d'environ 5.000 km et... 2,5 millions de coups de pagaie, est prévue "seul, sans assistance, en autonomie totale", a-t-il précisé.

    Son embarcation, "le premier paddle habitable au monde", souligne-il, est un engin insubmersible de 7 m de long sur 83 cm de large, dotée d'une cabine de repos à l'avant de 2,2 m de long et 45 cm de haut et d'un coffre à l'arrière pour stocker matériel et nourriture. Des panneaux solaires fixés sur le dessus de l'embarcation doivent permettre d'alimenter le matériel électrique.

    Nicolas Jarossay commencera sa journée-type par "faire son eau", explique-t-il, au moyen de deux pompes manuelles de désalinisation qui lui permettront, en environ deux heures, de produire les 8 litres d'eau potable quotidiens nécessaires à sa survie: 3 litres pour sa nourriture lyophilisée et 5 litres à boire.

    Il ramera ensuite environ 8 heures par jour, avec des pauses toutes les deux heures. Il se fera aider par un routeur expérimenté à terre, Patrick Favre. "A la voile, un routeur sert à vous dérouter pour éviter une tempête. Là ça servira plutôt à me dire +accroche-toi+, car je ne vais pas assez vite pour éviter une tempête", explique M. Jarossay.

    L'aventurier projette de dormir "5/6 heures par jours, 8 heures seraient idéales". "Je devrai me forcer à me reposer", souligne-t-il.

    Nicolas Jaroussay pourra communiquer avec la terre grâce à ses téléphones satellitaires et sa radio. Son avancée pourra être suivie sur le site www.sup-transatlantique.fr.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.