GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 22 Mars
Samedi 23 Mars
Dimanche 24 Mars
Lundi 25 Mars
Aujourd'hui
Mercredi 27 Mars
Jeudi 28 Mars
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Gaza: Israël prêt à faire «beaucoup plus», prévient Benyamin Netanyahu
    • Syrie: début de patrouilles commune russes et turques à Tal Rifaat, dans le nord de la Syrie
    • L'Iran accuse Trump de «colonialisme» après sa décision sur la partie annexée du plateau syrien du Golan
    • Les eurodéputés approuvent la réforme européenne du droit d'auteur
    • Commerce, investissements: Angela Merkel demande plus de «réciprocité» à la Chine
    • Trump: les médias «sont l'Ennemi du Peuple» (tweet)
    • Emmanuel Macron à Xi Jinping: «Nous attendons de nos grands partenaires qu'ils respectent l'unité de l'Union européenne»
    • Syrie: 7 combattants d'une force arabo-kurde ont été tués à Minbej par des hommes armés soupçonnés d'être du groupe Etat islamique
    Dépêche

    Hand: les Français reçoivent "une piqûre de rappel" face au Brésil

    Par AFP
    media

    Les Français ont commencé le Mondial de handball par une victoire bien plus pénible que prévu sur le Brésil, 24 à 22, vendredi à Berlin, sans Melvyn Richardson, dernier joueur écarté de la liste des seize.

    "C'est un piqûre de rappel qui était peut-être nécessaire. Une victoire poussive. Les joueurs en sont conscients. On espère se ressaisir et faire une belle prestation contre la Serbie", a reconnu le sélectionneur Didier Dinart, dont les joueurs enchaîneront dès samedi (20h30).

    Les Serbes, auteurs d'un match nul (30-30) contre la Russie pour leur entrée en lice, sont théoriquement un cran au-dessus des Sud-Américains, qui n'ont jamais fait partie du gratin. Les Français, convaincants en défense, devront être bien plus rigoureux en attaque pour s'éviter toute surprise et se rassurer en vue du grand choc de mardi contre l'Allemagne.

    Le premier événement de la journée avait été l'éviction de Melvyn Richardson. Nanti d'une pléthore de gauchers, le sélectionneur Didier Dinart avait emmené 17 hommes à Berlin, repoussant jusqu'au dernier moment ce difficile dernier choix. C'est le jeune prodige qui en a fait les frais, malgré ses performances en Ligue des champions avec Montpellier. A 21 ans, le fils de Jackson devra attendre son tour, à moins qu'une blessure ou une nécessité tactique ne provoque son entrée en cours de tournoi (le règlement permet trois changements). Il reste en tout cas à Berlin et s'entraînera avec ses coéquipiers.

    - Gérard décisif -

    Contre le Brésil, les Français "se sont un peu mis la pression en début de match", selon le pivot Ludovic Fabregas. Les Brésiliens, sans complexe malgré le souvenir de la gifle reçue en ouverture du Mondial-2017 (31-16), se sont même permis de mener pendant les vingt premières minutes.

    Les Bleus ont resserré leur défense autour de leur gardien Vincent Gérard, excellent dès son entrée en jeu en milieu de période (12 arrêts), empêchant le Brésil de marquer pendant près de dix minutes. Michaël Guigou (5 buts en première mi-temps, 6 au total) a pris le relais de Dika Mem (4 buts en début de match, 6 au total) et de Timothey N'Guessan (5 buts) en attaque et la différence de niveau s'est enfin fait sentir (16-13 à la pause). Provisoirement.

    Car contre toute attente, les champions du monde ne se sont pas envolés au retour du vestiaires, à cause de deux infériorités numériques et de trop nombreuses pertes de balles. Les Brésiliens, portés par leur arrière gaucher José Toledo (8 buts), ont même égalisé à douze minutes de la fin sur un superbe "kung-fu". Il a fallu tout le sang-froid et l'expérience des tenants du titre pour préserver un petit avantage.

    "On n'a pas su tuer le match. On a su rester sereins et forts dans nos têtes avec une bonne défense et un bon gardien. J'ai senti un peu de précipitation et de manque d'efficacité", a commenté Guigou, le doyen de l'équipe à 36 ans.

    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.