GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 23 Avril
Lundi 24 Avril
Mardi 25 Avril
Mercredi 26 Avril
Aujourd'hui
Vendredi 28 Avril
Samedi 29 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Dépêche

    Ligue des champions: Guardiola et les promesses non tenues avec Manchester City

    Par AFP
    media L'entraîneur de Manchester City Pep Guardiola lors du match face à Monaco en Ligue des champions au stade Louis II, le 15 mars 2017 AFP

    Il n'avait encore jamais été éliminé avant les demi-finales de la Ligue des champions: Pep Guardiola, l'iconique entraîneur espagnol, a vu son Manchester City sorti dès les 8e de finale mercredi (5-3, 1-3) par Monaco, au coeur d'une première saison décidément bien compliquée en Angleterre.

    . Attentes déçues

    La magie de technicien de 46 ans s'est-elle évanouie en traversant le 'Channel'? Le Catalan, vainqueur de la Ligue des champions en 2009 et 2011 avec Barcelone, demi-finaliste en 2010, 2012 avec le Barça et de 2014 à 2016 avec le Bayern Munich, n'avait jamais expérimenté une sortie de route aussi précoce.

    Son arrivée estival à Manchester avait pourtant empli d'espoir le coeur des supporters du nouveau riche britannique, qui restait sur une demi-finale de C1, meilleur résultat de l'histoire de City.

    Car le recrutement du charismatique Guardiola, c'était la garantie d'une philosophie de jeu attractive, d'un palmarès qui se garnit significativement, d'un fort pouvoir de séduction au moment d'attirer des grands noms du football mondial.

    Seulement voilà: les Citizens se réveillent jeudi matin privés d'Europe, à la troisième place de la Premier League avec déjà dix longueurs de retard sur Chelsea, et guère plus qu'une demi-finale de Coupe d'Angleterre contre Arsenal le 22 ou 23 avril pour espérer garnir leur armoire à trophées.

    . Blessures et béances

    C'est que Guardiola n'a pas tous les pouvoirs, et surtout pas celui de guérir les blessés. Or City était privé à Monaco de trois joueurs importants depuis son arrivée. Le milieu de terrain allemand Ilkay Gündogan, débarqué en provenance de Dortmund dans le sillage de Guardiola, avait été déterminant lors de la victoire en poules contre le FC Barcelone, mais s'est blessé au genou en décembre.

    La pépite brésilienne Gabriel Jesus, arrivé en Angleterre cet hiver et immédiatement décisif, s'est ensuite fracturé un pied mi-février. Enfin, le capitaine Vincent Kompany, blessé chronique, a beaucoup manqué pour guider la défense hésitante des Citizens.

    Ce sont en effet les problèmes défensifs qui ont été une nouvelle fois ciblés par les médias anglais. L'ancien défenseur du rival Manchester United Rio Ferdinand, devenu consultant pour la télévision, a ainsi déploré "une défense pathétique" sur le but qualificatif du Monégasque Tiémoué Bakayoko, celui du 3-1. "Il n'y a personne pour commander dans la surface, guider les autres pour la ligne défensive ou dire à chacun où il doit être."

    . Besoin de temps

    Guardiola avait aussi ciblé ce manque et avait poussé pour le recrutement du défenseur John Stones cet été. Mais l'ancien central d'Everton a visiblement eu du mal à digérer l'étiquette de défenseur le plus cher de l'histoire (son transfert a coûté 55 millions d'euros d'indemnités à son nouveau club) et, s'il est doté de grandes qualités de relanceur, il n'offre pas les garanties défensives suffisantes pour s'éviter les critiques.

    En février, Guardiola avait répondu qu'il "faut toujours du temps" pour mettre en place une philosophie de jeu. Décroché de la course au titre, il avait alors été bien secoué par les commentateurs britanniques, qui ne manquent pas de souligner que l'Espagnol ne tient pas les promesses mirifiques que son arrivée laissait imaginer. Comme l'été dernier, il devra sans doute recruter massivement, pour renforcer son équipe et concurrencer United ou Chelsea.

    Mais dans la bataille des coaches qui l'oppose en Premier League à son meilleur ennemi Jose Mourinho (Manchester United), à l'Allemand Jürgen Klopp (Liverpool), à l'Argentin Mauricio Pochettino (Tottenham), au Français Arsène Wenger (Arsenal) et à l'Italien Antonio Conte (Chelsea), c'est ce dernier, en route vers le titre, qui est pour le moment largement vainqueur. Les ambitieux propriétaires de Manchester City finiront-ils par se lasser d'attendre - en vain? - le retour de la crème catalane?

    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.