GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Avril
Lundi 15 Avril
Mardi 16 Avril
Mercredi 17 Avril
Aujourd'hui
Vendredi 19 Avril
Samedi 20 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dépêche

    Masters 1000 de Monte-Carlo: les favoris rongent leur frein

    Par AFP
    media Le Serbe Novak Djokovic lors du 8e de finale du Masters 1000 de Miami face à l'Espagnol Roberto Bautista Agut, le 26 mars 2019 GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives

    Prêts et avides de victoires mais exemptés de premier tour, les favoris du Masters 1000 de Monte-Carlo ont hâte de se lancer dans la bataille de la terre battue avec comme objectif de faire tomber Rafael Nadal.

    "Je n'en peux plus d'attendre d'entrer sur le court", a ainsi lancé dimanche Novak Djokovic qui avait eu le temps de s'entraîner le matin avant que la pluie ne perturbe le programme de la première journée.

    Après une tournée américaine à Indian Wells et Miami où il n'a remporté que trois matchs au total, le Serbe est remonté à bloc en abordant la saison sur terre battue qui finira en apothéose à Roland-Garros en juin.

    "Tous les athlètes connaissent des périodes où ils ont plus de mal à jouer leur meilleur jeu. Ce n'est pas la première fois que ça m'arrive. Mais je suis là, je suis le N.1 mondial et j'ai tout pour être confiant", a-t-il prévenu, en soulignant avec insistance qu'avant les deux tournois américains, en mars sur dur, il avait affiché "une très grande forme ces 12 derniers mois".

    Comme, lui, Kei Nishikori, balayé en finale l'an dernier par Nadal, a envie d'en découdre. "Je suis heureux d'être de retour, atteindre la finale l'an dernier m'a donné beaucoup de confiance", a assuré le Japonais, 6e mondial.

    Marin Cilic, 11e mondial, est sur la même longueur d'ondes: "J'ai fait une super saison l'an dernier sur terre battue, ça me rend très confiant pour cette année", a confié le Croate en rappelant qu'il avait souffert de son genou droit depuis la fin de l'année dernière et qu'il avait besoin de quelques matchs de plus pour retrouver sa forme optimale.

    - "N.1 sur terre" -

    Mais il y a un os: Nadal, le roi de la terre battue, l'incontesté favori de Monte-Carlo où il tentera de décrocher un 12e titre depuis son premier en 2005.

    "A part un gars, la saison sur terre est ouverte ! Rafa est le favori: s'il est bien physiquement, il est le N.1 sur terre, sans l'ombre d'un doute. Nadal est le favori de tous les tournois sur terre, ça ne change pas ici", a lancé Djokovic qui avait battu le Majorquin en finale en 2013 pour remporter son premier Monte-Carlo. En 2015 pour son second titre dans la principauté il avait dominé Tomas Berdych.

    "Sur terre, tant que Rafa jouera, il sera le favori... mais cette année il aura plus de concurrents", a pronostiqué Dominic Thiem, 5e mondial et battu en finale l'an dernier à Roland-Garros par l'ogre espagnol.

    Lui-même estime avoir justement beaucoup appris de cette quinzaine parisienne 2018.

    "Jouer pendant deux semaines sous tension maximale et terminer par le joueur le plus fort... c'est très dur, a-t-il souligné. J'ai été très frustré et même abattu pendant 3-4 jours... mais après tout, je n'étais pas le premier à perdre contre Rafa !"

    - Coup d'Etat -

    La saison sur terre s'annonce d'autant plus ouverte cette année, qu'a émergé une nouvelle génération très prometteuse.

    Alexander Zverev (3e mondial), Stefanos Tsitsipas (8e), Karen Khachanov (12e), Daniil Medvedev (14e), Denis Shapovalov (20e) ou autre Felix Auger-Aliassime (33e) ont bien l'intention de faire un coup d'Etat au sommet de la hiérarchie bien établie depuis des années du tennis mondial, y compris sur terre battue.

    Bien-sûr, "on ne peut pas enlever à Nadal son statut de favori, même s'il est plus âgé", a relevé Khachanov qui, ayant grandi à Moscou, s'entraînait pendant huit mois par an sur des courts couverts rapides. "Mais quand venait l'été, je jouais de 9h à 18h sur des courts en terre extérieurs, tous les jours pendant quatre mois !".

    Aussi est-il prêt à sauter sur la moindre faiblesse de Nadal.

    "Tout dépend de sa condition physique. Si jamais il commence à jouer un peu plus lentement, alors on a une chance", a estimé le Russe.

    Pour les premiers échanges en compétition, les 8 premières têtes de série devront attendre mardi, voire mercredi.

    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.