GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Irak: une attaque fait 12 morts dans la ville sainte chiite de Kerbala (sécurité)
    • Yémen: les rebelles annoncent vouloir arrêter toutes les attaques contre l'Arabie (dirigeant insurgé)
    • Affaire Karachi: le parquet demande un procès pour Balladur et Léotard (source judiciaire)
    • Respect de la vie privée: Facebook suspend des dizaines de milliers d'applications
    • Commerce: Trump ne pense pas aboutir à un accord avec Pékin avant l'élection de 2020
    • Procès Mélenchon en France: le jugement mis en délibéré au 9 décembre
    • Greta Thunberg espère que la société a atteint «un tournant» sur le climat (interview à l'AFP)
    Dépêche

    Mondial-2019 de rugby: des Fidji à prendre au sérieux

    Par AFP
    media Le sélectionneur néo-zélandais des Fidji, John McKee, à Wellington, le 10 juin 2019 AFP/Archives

    Ses bolides sont insaisissables, tout le monde le sait. Mais le sélectionneur John McKee a fait de la discipline le coeur de son programme pour que les Fidji survivent à une poule D ardue à la Coupe du monde de rugby (20 septembre - 2 novembre).

    Leone Nakarawa, Vereniki Goneva, Semi Radradra... Ces stars des championnats de France ou d'Angleterre feraient rêver n'importe quel entraîneur, mais les Fidji, faute de moyens financiers, ne sont encore qu'une nation de second rang, avec deux quarts de finale (1987 et 2007) dans la compétition en guise de meilleur résultat.

    Faire aussi bien au Japon signifie éliminer l'Australie, vice-championne du monde en titre, ou le Pays de Galles, vainqueur du dernier Tournoi des six nations. Compliqué? C'est pourtant Bernard Foley, l'ouvreur des Wallabies, qui a peur des Flying Fijians.

    "Ils ont l'air de construire une équipe remarquable", dit le N.10 australien, qui affirme ne pas pouvoir se permettre de se projeter déjà sur le deuxième match face aux Gallois. "Nous aurons bien conscience de leurs armes offensives et de la manière dont nous voulons les jouer."

    Si l'archipel du Pacifique est craint de ses adversaires, c'est qu'il a prouvé, en s'imposant pour la première fois contre la France (21-14) en novembre à Paris, qu'il devait enfin être pris au sérieux.

    Un sérieux que McKee n'a cessé d'insuffler depuis son arrivée comme sélectionneur en 2014. Sans vouloir brider ses pépites dans leurs penchants offensifs, le Néo-Zélandais a travaillé les côtés moins spectaculaires de la discipline, notamment les mêlées et les touches chez les avants.

    Il a prôné la discipline à l'entraînement et dans la nutrition, ainsi que de la constance sur le terrain. Et donc de la discipline au sens propre, pour en finir avec les matches vendangés à cause de plaquages dangereux ou autres mauvais gestes générateurs de pénalités. "Les cartons jaunes affectent la performance, donc nous devons jouer un rugby dur mais propre", réclame McKee.

    Mâtiner ces talents bruts d'une approche professionnelle: après tout, c'est ce que l'Anglais Ben Ryan a réussi à faire avec la sélection à VII, pour la mener jusqu'au titre olympique de 2016.

    McKee est encore loin d'un titre mondial mais la victoire en France, celle sur les Maoris néo-zélandais et 4 succès consécutifs dans la Pacific Nations Cup (de 2015 à 2018) montrent que les Fidji sont en réelle progression.

    Après le succès contre les Tonga (29-19) fin août, McKee a salué la rigueur défensive de ses troupes. Australiens et Gallois sont prévenus: les Fidjiens sont prêts.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.