GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Irak: une attaque fait 12 morts dans la ville sainte chiite de Kerbala (sécurité)
    • Yémen: les rebelles annoncent vouloir arrêter toutes les attaques contre l'Arabie (dirigeant insurgé)
    • Affaire Karachi: le parquet demande un procès pour Balladur et Léotard (source judiciaire)
    • Respect de la vie privée: Facebook suspend des dizaines de milliers d'applications
    Dépêche

    Mondial-2019 de rugby: les "Teros", tout sauf des terreurs

    Par AFP
    media Le demi de mêlée de l'Uruguay et de Mont-de-Marsan, Agustin Ormaechea (c), lors du match de ProD2 à Aurillac, le 28 mai 2016 AFP/Archives

    Les "Teros" d'Uruguay se rendent au Japon pour leur quatrième Mondial avec le modeste objectif de remporter un match dans la poule D, ciblant clairement la Géorgie pour cela.

    "On sait qu'il existe un très gros écart mais on se prépare pour faire au mieux. L'idée, c'est de gagner un match", et donc faire aussi bien qu'en 1999 et 2003, a confié à l'AFP le demi de mêlée Agustin Ormaechea, fils de Diego, premier marqueur de l'Uruguay au Mondial. Pour la Fédération (URU), c'est encore plus précis: "L'objectif, c'est la Géorgie".

    Les Teros, 19e nation mondiale, sont une équipe en progrès. Exit le jeu basé sur un pack solide: "Le monde va voir un autre style d'équipe. On va essayer de jouer plus, de s'amuser et de faire jouer les trois-quarts", promet Ormaechea, qui évolue à Mont-de-Marsan.

    Mais toujours avec cette 'garra charrua', ce concept typiquement uruguayen qui mêle solidarité, combat et hargne.

    "On va jouer jusqu'au bout, on se bat et on va tout donner. On va essayer de montrer un peu plus que juste de plaquer. On est plus mobiles qu'avant, on a un jeu plus complet", estime de son côté l'ouvreur Felipe Berchesi.

    Avec 10.000 licenciés sur un peu plus de 3 millions d'habitants, l'Uruguay ne dispose pas d'un vaste réservoir de joueurs.

    Ni d'une opposition digne de ce nom: en dehors de leurs apparitions au Mondial, les Uruguayens n'ont jamais joué contre une équipe de l'élite. Et lors de la dernière Coupe du monde, où ils ont affronté l'Australie, le pays de Galles, les Fidji (trois équipes qu'ils vont retrouver au Japon) ainsi que l'Angleterre, les "Teros" sont rentrés bredouille, avec quatre défaites et une moyenne de 56 points encaissés.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.