GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Avril
Mercredi 18 Avril
Jeudi 19 Avril
Vendredi 20 Avril
Aujourd'hui
Dimanche 22 Avril
Lundi 23 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dépêche

    Rugby: une victime présumée de la bagarre accuse les Toulousains Kolbe et Mienie

    Par AFP
    media L'ailier sud-africain de Toulouse s'apprête à marquer un essai face à Pau le 2 septembre 2017 AFP/Archives

    Les deux joueurs toulousains impliqués dans une violente rixe début avril sont les Sud-Africains Cheslin Kolbe et Daniel Mienie, selon leur victime présumée Thierry Barraque, un entrepreneur proche du club qui s'est exprimé lundi dans plusieurs médias.

    "Sur les trois (agresseurs présumés), il y avait deux joueurs du Stade. Les deux qui ont été nommés par tout le monde", a déclaré sur France 3 Occitanie ce partenaire du club le plus titré de France.

    Le Stade Toulousain n'avait pas confirmé dimanche les informations de presse sur une bagarre qui aurait impliqué deux de ses joueurs le week-end précédent. L'entraîneur Ugo Mola avait même évoqué une "pseudo-affaire" faite d'"informations contradictoires".

    Thierry Baraque affirme que lui et sa famille, réunie le 7 avril dans la discothèque Le Purple pour fêter un anniversaire, ont été progressivement intimidés puis menacés par un groupe de cinq personnes, dont Kolbe et Mienie.

    L'alcool aidant, selon lui, la soirée a dégénéré. "Ils (Les agresseurs présumés) ont bousculé mon neveu, qui a été projeté par terre. Ils (les employés du Purple) ont sorti mon fiston avec deux joueurs."

    Dans la rue, Thierry Barraque dit avoir voulu porter assistance à son fils, "à deux contre quatre", et avoir été frappé à plusieurs reprises. Les "côtes cassées", il a passé deux jours en clinique, pendant lesquels Didier Lacroix, le président du club "qui est un ami, m'a appelé tous les jours".

    "J'aimerais que ces joueurs soient sanctionnés", a demandé Thierry Barraque, qui nie avoir subi une pression de la part du club pour se taire. "Ils ne se sont pas comportés en sportifs professionnels. Ce n'est pas à l'image de ce que représente le Stade Toulousain."

    Actuel 2e du Top 14 après sa victoire sur le Racing 92 samedi (42-27), Toulouse est en position de se qualifier directement pour les demi-finales du championnat.

    Une véritable renaissance après une saison 2016-2017 catastrophique, conclue par une 12e place et une première non-qualification pour la phase finale depuis quatre décennies.

    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.