GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Egypte: au moins 35 policiers et soldats tués dans des combats avec des islamistes (responsables)
    • Chili: les experts internationaux concluent que Pablo Neruda n'est pas mort d'un cancer
    • Washington demande à l'armée irakienne de limiter ses mouvements près de Kirkouk
    Economie

    Le prix des denrées alimentaires doublerait d'ici 2030, selon Oxfam

    media

    Dans son rapport « Growing a better future », (Cultiver un avenir meilleur), publié ce mercredi 1er juin 2011, l’ONG Oxfam avertit : le prix des denrées alimentaires pourrait doubler dans les vingt prochaines années. Elle dénonce un système alimentaire mondial défaillant et propose des solutions.

    Elle vient juste d’organiser un faux sommet du G8 à Paris pour rappeler qu’aujourd’hui 925 millions de personnes souffrent encore de la faim dans le monde, l’ONG Oxfam publie un rapport alarmant sur la sécurité alimentaire. Intitulé « Growing a better future », (Cultiver un avenir meilleur), il met en garde sur l’augmentation de prix de certains produits agricoles d’ici 2030. Le maïs, par exemple, aura plus que doublé, si rien n’est fait. Le prix d’autres denrées grimperait de 120 à 180%, frappant en premier les plus pauvres. Oxfam ajoute que le nombre de victimes pourrait augmenter avec un bond de 70% environ de la demande de produits alimentaires d’ici 2050. « Tous les signes montrent que le nombre de personnes menacées par la faim progresse », a déclaré Barbara Stocking, directrice générale de l’ONG non-gouvernementale, lors de la publication du rapport.

    La pression du changement climatique 
     
    Selon le rapport, la moitié de l’augmentation de prix des récoltes serait due au changement climatique et à sa pression intense. Les multiples incidents du climat et les récentes périodes de sècheresse dans le monde « laissent augurer d’une baisse de la production céréalière et donc d’une nouvelle hausse des prix agricoles », livre Jean-Cyril Dagorn, d’Oxfam France. A cela s’ajoute la stagnation des rendements, la ruée vers les terres fertiles, de moins en moins nombreuses et l’eau, l’épuisement des ressources naturelles.
     
    Réformer le système
     
    L’ONG lance un avertissement aux décideurs mondiaux : une réforme majeure du système alimentaire s’impose.  Dans une période de crises qui s’amplifient, le système alimentaire s’avère être construit par pour une petite minorité. A l’approche du G20 agricole à Paris les 22 et 23 juin 2011, Oxfam a lancé un appel à contrôler la spéculation des denrées agricoles. Elle plaide aussi pour l’abandon des produits agricoles destinés aux bio-carburants qui tendent à prendre la place des autres cultures. Les Etats-Unis, par exemple, utilisent 15% du maïs mondial pour en faire du carburant bio-éthanol, même en période de forte crise alimentaire. 
     
    L’ONG rappelle que la quantité de céréales utilisées pour remplir d’éthanol un véhicule 4x4 suffit à faire vivre une personne pendant un an. Le rapport d’Oxfam préconise aussi des investissements dans l’agriculture paysanne et familiale et un meilleur accès aux marchés pour les petits producteurs. Il réclame l’arrêt de la domination de quelques multinationales sur le marché des matières premières agricoles et celui des semences.
     
     
    Pour en savoir plus :
     
     
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.