GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Juin
Jeudi 13 Juin
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Aujourd'hui
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Les Slovaques restent divisés sur le FESF à la veille du vote au Parlement

    media Le Premier ministre slovaque Iveta Radicova (G) et le leader du parti SaS Richard Sulik, hostile au plan, n’ont pas réussi à s’entendre lors des discussions. A Bratislava, lundi 10 octobre 2011. Reuters/Petr Josek

    Les partis de la coalition gouvernementale slovaque n’ont pas réussi à se mettre d'accord ce lundi 10 octobre sur le renforcement du Fonds européen de stabilité financière (FESF). Ils doivent se retrouver mardi matin pour tenter de trouver un accord de dernière minute. Le plan doit être soumis mardi après-midi au Parlement de Bratislava, qui se prononcera par un vote.

    La Slovaquie est le dernier pays à se prononcer sur le renforcement du Fonds européen de stabilité financière. Et ce n'est pas un hasard. Au sein de la coalition gouvernementale au pouvoir à Bratislava, le mouvement Liberté et Solidarité (SaS), est eurosceptique. Et du côté de l'opposition, on veut monnayer cher un éventuel ralliement.

    Bref si un autre pays européen avait rejeté l'accord du 21 juillet sur le Fonds de secours européen, cela aurait finalement bien arrangé Bratislava. Cela aurait épargné au pays le risque d'une crise gouvernementale.

    Mais les parlementaires slovaques vont devoir prendre leurs responsabilités. L'avenir de l'accord du 21 juillet est entre leurs mains.

    La Slovaquie est un pays pauvre qui n'a pas envie de payer pour le Fonds européen de stabilité financière. La contribution de ce pays aux 440 milliards d'euros du fonds, a été fixé à 7,7 milliards d'euros. L'an dernier, la Slovaquie a été le seul pays de la zone euro à avoir refusé de participer à la première aide d'urgence à la Grèce. Mais cette fois, Bruxelles refuse d'exempter Bratislava de sa participation.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.