GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Septembre
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Economie

    Banque centrale européenne: les nouveaux défis de Mario Draghi

    media Jean-Claude Trichet, le président sortant de la BCE, remet une cloche à son successeur Mario Draghi lors d’une cérémonie à Francfort, le 19 octobre 2011. REUTERS / Kai Pfaffenbach

    L’italien Mario Draghi prend officiellement ce mardi 1er novembre 2011 la succession de Jean-Claude Trichet en tant que gouverneur de la Banque centrale européenne. La première réunion de la BCE sous la nouvelle direction a été fixée à jeudi 3 novembre, en parallèle au sommet du G20 à Cannes. Quelles leçons l'institution de Francfort aura tiré de cette crise de la dette qui n'est pas finie, et qui nécessitera sans doute d'autres mesures, peut-être plus radicales, à l'avenir ?

    Sous la houlette de Jean-Claude Trichet, la Banque centrale européenne a gagné en densité. Son rôle avait fait l'objet d'importantes divergences entre Paris et Berlin. Mais finalement, les experts s'accordent à dire qu'elle a bien rempli son rôle premier, celui de garant de la stabilité des prix.

    « La BCE a un bilan impeccable quant à la lutte contre l’inflation », souligne Nicolas Véron, économiste à l'institut Bruegel à Bruxelles. « L’inflation est restée dans les limites souhaitée par la BCE et de manière très stable ». Le mandat a été rempli : en moyenne, l'inflation était de 2% dans la zone euro au cours des huit dernières années. Aujourd’hui, il manque une chose essentielle : la croissance.

    Pour la croissance, contre le chômage

    La première tâche qui attend Mario Draghi sera évidemment de sortir la zone euro de la crise de la dette. Il faut garantir la dette des pays de l’Europe du Sud. Mais il faudra également relever d’autres défis. A peine 1,5% de croissance en moyenne durant les huit dernières années en Europe, ce n'est pas suffisant pour faire face à la crise. Est-ce qu’on aura une croissance médiocre avec la hausse du chômage ?

    En outre, le fossé s'est approfondi entre les pays de l'Europe du Nord, et les pays du Sud. La question se pose donc aujourd’hui sur la réorientation du système financier en Europe. « Il faut absolument empêcher sa domination sur les politiques économiques », estime Henri Sterdyniak, économiste à l'Observatoire français des conjonctures économiques. « Est-ce que Mario Draghi est le mieux placé pour cette tâche, nous le verrons très vite ».

    Le vieux démon

    Il faudra de l'énergie au nouveau gouverneur pour coordonner la lutte contre la contagion de la crise de la dette. Mais aussi du courage, car son vieux démon, Goldman Sachs, pourrait se rappeler à lui. Vice-président de la banque américaine de 2002 à 2005, Mario Draghi est soupçonné d'avoir couvert le maquillage des comptes grecs fait par Goldman Sachs quelques années auparavant, avant l'entrée de ce pays dans la zone euro.

    Le verdict de Marc Roche, auteur du livre La banque : comment Goldman Sachs dirige le monde, est sans complaisance : « C’est le plus grand exemple de conflit d’intérêt ». Le nouveau gouverneur rejette sèchement ces critiques, mais ne peut les ignorer.

    Vers plus de gouvernance économique

    De ses années passées aux Etats-Unis, Mario Draghi a ramené une approche volontariste des problèmes. Il reste persuadé qu'en temps de crise, il faut employer des moyens « non conventionnels », ce qu’il a déclaré suite au sommet européen de Bruxelles le 26 octobre 2011.

    Mais à ce stade, la BCE a déjà dépassé ses prérogatives en rachetant la dette des pays en difficulté. On l’a d’ailleurs reproché au gouverneur sortant, Jean-Claude Trichet. Il est évident qu’à l’avenir, il faudra élargir le mandat de la BCE pour aller vers plus de gouvernance économique en Europe.

    Mais le moment est mal choisi. Il faudra sans doute réécrire les traités européens. Ce qui n’est pas une mince affaire, car chaque changement nécessite un référendum des peuples. Or, pour Henri Sterdyniak : « Il sera difficile de demander aux peuples plus d’Europe actuellement. Car l’Europe n’a pas un bon bilan en ce qui concerne la croissance et le chômage ».

    Si la gouvernance économique et financière en Europe n'est pas pour demain, la question des euro-obligations revient régulièrement. L'idée est défendue par plusieurs dirigeants européens. Ces eurobonds, comme on les appelle couramment, pourraient financer de grands chantiers, effaçant au passage l'impression que la construction européenne ne rime qu'avec austérité.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.