GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 1 Juillet
Samedi 2 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    C'est une surprise dans la course à la succession de David Cameron : un des favoris, Boris Johnson, vient d'annoncer qu'il renonce à se présenter au poste de Premier ministre du Royaume-Uni. L'ancien maire de Londres avait pourtant été l'un des principaux porte-parole du camp favorable à une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

    Economie

    Argentine: l’expropriation d’YPF, la dernière d’une longue série de nationalisations

    media Pour la présidente de l’Argentine, Cristina Kirchner, l’annonce officielle de l’expropriation de Repsol s’inscrit dans la continuité d’une politique qui remonte au début des années 2000. Reuters

    L’annonce de l’expropriation partielle d’YPF, filiale du groupe pétrolier Repsol, a suscité la stupeur sur les marchés et la colère du gouvernement espagnol. Pour le chef de la diplomatie espagnole, José Manuel Garcia, la décision de l’Argentine « rompt le climat d’amitié » entre Madrid et Buenos Aires. Mais pour Cristina Kirchner, la présidente de l’Argentine, cette mesure n’est que la suite logique de dix années de « renationalisation » de pans entiers de l’économie du pays.

    Crise diplomatique ouverte avec l’Espagne, défiance des investisseurs étrangers, stupeur sur les marchés financiers : les conséquences de l’annonce, lundi 16 avril 2012, de l’expropriation partielle d’YPF n’ont pas fini de se faire sentir pour l’Argentine et pour sa présidente, Cristina Kirchner. « Je suis un chef d’Etat, non une marchande de légumes », a-t-elle cependant justifié, écartant d’un revers de la main les risques que pourrait faire courir à l’économie de son pays la décision d’exproprier l’un des groupes pétroliers les plus importants de la planète. Car la « renationalisation » d’YPF de ses raffineries et de son réseau de stations-service n’est que la suite logique, aux yeux de la présidente argentine, d’une politique entamée il y a un peu moins de dix ans par son prédécesseur et époux Nestor Kirchner (décédé en 2010).

    Lorsque ce dernier arrive au pouvoir en 2003, l’Argentine sort d’une crise économique et financière qui l’a mise à genoux. En accord avec son ministre des Finances, Roberto Lavagna, le nouveau président argentin décide alors de tourner le dos au Fonds monétaire international, de relancer les dépenses publiques… et de revenir sur le vaste programme de privatisations qui avait marqué la présidence de Carlos Menem dans les années 1990. « Le gouvernement Kirchner est arrivé avec un discours très offensif sur les années Menem », explique Marie-France Prévôt-Schapira, professeur à l’université Paris VIII et directrice de la rédaction de la revue Problèmes d’Amérique latine. « L’une de ses priorités a donc été de refaire passer dans le giron de l’Etat les services et les entreprises qui avaient été privatisés durant la décennie précédente ».
      
    Expropriations à la chaîne

    En 2003, ce sont les services postaux qui vont ainsi repasser sous le contrôle de l’Etat. L’année suivante, le gouvernement Kirchner retire au Français Thales la gestion de l’espace radioélectrique (l’Argentine aura été le seul pays au monde à avoir confié à des intérêts privés le contrôle de son spectre radioélectrique, indispensable pour la télévision, la radio et la téléphonie mobile). En 2006, c’est un autre groupe français, Suez, qui fait les frais de cette politique de « renationalisation », en perdant la distribution de l’eau potable. Avec l’arrivée au pouvoir de l’épouse de Nestor Kirchner, en 2008, les expropriations vont se poursuivre. Cristina Kirchner commence par « étatiser» les retraites, transférant à l’Etat les milliards de dollars gérés depuis 1994 par des fonds privés. Puis elle exproprie le groupe espagnol Marsans, propriétaire des compagnies aériennes Aerolinas Argentinas et Austral. Il s’agit là de la dernière grande « récupération » d’entreprise en date, avant celle d’YPF en 2012.
     
    Pour Cristina Kirchner, l’annonce officielle de l’expropriation de Repsol s’inscrit donc dans la continuité d’une politique qui remonte au début des années 2000. Pour autant, le choix du secteur énergétique n’est pas anodin : après plusieurs années de très forte croissance, l’économie argentine commence à montrer des signes d’essoufflement. Or, en 2011, la flambée de la facture pétrolière (plus 110%) avait pesé très lourdement sur l’économie du pays. Et la présidente Kirchner s’était emportée à plusieurs reprises contre les majors pétrolières, coupables à ses yeux de ne pas augmenter suffisamment leur production sur le territoire argentin. 
     
    Felipe Calderón, l’actuel président du G 20... a déclaré que l’expropriation pétrolière annoncée par Cristina Fernandez était une décision regrettable qui ne fera du bien à personne. Il considère que l'Argentine fait une erreur car l'Amérique latine a besoin des investisseurs étrangers pour sa croissance...
    Forum économique mondial : Cristina Fernandez n'a pas obtenu le soutien du Mexique 10/10/2013 - par Patrice Gouy Écouter

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.