GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 22 Septembre
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Le président Obama se cogne au plafond fiscal

    media

    Aux Etats-Unis, l'administration Obama a entamé une nouvelle bataille budgétaire avec le Congrès. L'enjeu : autoriser l'Etat à s'endetter un peu plus. Hier, lundi 14 janvier, le président américain a mis en garde les républicains contre toute tentative d'utiliser le relèvement du plafond de la dette pour obtenir une réduction des dépenses.

    La falaise fiscale à peine franchie, l'administration américaine se cogne maintenant au plafond fiscal. La falaise exprimait le risque de voir les impôts augmenter et les dépenses baisser d'une façon automatique si un compromis n'était pas trouvé sur le budget entre républicains et démocrates avant le 31 décembre. Ce qui a été fait in extremis. Voilà le président confronté maintenant au plafond de la dette. C'est-à-dire au niveau maximum de dette autorisé par le Congrès. Il est actuellement de 16 400 milliards de dollars, plafond atteint courant décembre. Le président a exhorté hier le Congrès, contrôlé par les républicains, à donner un nouveau coup de pouce. Ce plafond n'était que de 14 000 milliards de dollars en 2011.

    Il y a déjà eu un bras de fer pour augmenter ce plafond en 2011 ?

    Le débat était alors passionné et dramatisé à l'extrême. La même question se pose aujourd'hui car les Américains ont continué à dépenser beaucoup plus que ce que l'impôt ne leur rapporte. C'est un choix politique fait au moment de la crise de 2008. Tous les pays du G20 sont alors partisans de la relance, ligne que le président Barack Obama défend toujours. 40% des dépenses publiques actuelles sont financées par le recours à l'emprunt. Chaque mois, l'Etat emprunte 100 milliards de dollars pour boucler ses comptes. Ce qui implique le paiement des intérêts qu'il faut régler rubis sur l'ongle sans quoi les créanciers pourraient s'affoler.

    Les marchés pourraient-ils paniquer si aucun accord n’est trouvé ?

    Si l'Etat ne peut plus emprunter, il ne pourra plus verser les traitements des fonctionnaires, des prestations sociales, régler des factures de l'armée, mais aussi payer les intérêts de la dette. C'est du moins le discours tenu par le président Obama qui se montre inflexible : il veut obtenir un dépassement de la dette sans contrepartie. Pour certains observateurs, le risque réel de défaut de paiement est minime. Obama chercherait dans ce conflit avec les républicains à les pulvériser pour ensuite avoir les mains libres de gouverner.

    Les Etats-Unis peuvent-ils continuer à s'endetter éternellement ?

    C'est la question sous-jacente de cette nouvelle passe d'arme. La réponse est a priori oui, car le dollar et l'Etat américain inspirent toujours confiance. Même privé en 2011 de son triple A par Standard and Poor's, ce pays continue à attirer les investisseurs. Mais les crises politiques à répétition pourraient donner à réfléchir. L'inflation permet d'effacer en douceur une partie de la dette. Faut-il envisager d'autres effacements plus ciblés ? La question n'est pas encore posée dans le débat public. L'urgence étant de parvenir à un accord avant la mi-février, date à laquelle l'Etat américain se retrouvera à sec, à moins qu'un nouveau plafond ne soit autorisé.

    • Pour dynamiser son économie, un pays a tout intérêt à intensifier sa relation avec la Chine, plutôt qu'avec les Etats-Unis ou l'Europe

    C'est ce qui ressort de l'étude publiée par la banque britannique HSBC. Les pays qui ont accru leurs échanges avec l'empire du Milieu ont fait mieux que les autres, constate l'auteur du rapport. Exemples : l'Australie, le Chili ou encore la Corée du Sud qui ont pleinement profité du boom économique chinois.

    • Le chantier de l'aéroport de Berlin vire au cauchemar

    Le nouvel aéroport devait être inauguré en 2011. Si tout va bien, les avions pourront décoller à partir de 2014, voire 2015. Des entreprises ont fait faillite, certains équipements ont été reconstruits plusieurs fois. Les plus sages proposent de raser le nouvel édifice et de tout recommencer ou bien de conserver les deux aéroports existants. Une histoire qui écorne la réputation des Allemands. La presse d’outre-Rhin a d'ailleurs pris le partie d'en rire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.