GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Juin
Mardi 19 Juin
Mercredi 20 Juin
Jeudi 21 Juin
Aujourd'hui
Samedi 23 Juin
Dimanche 24 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Davos 2013: la situation au Mali est dans tous les esprits

    media Le président du Nigeria, Goodluck Jonthan, en discussion avec le président sud-africain Jacob Zuma, à Davos, le 23 janvier 2013. REUTERS/Pascal Lauener

    À Davos, grand rendez-vous de l'élite économique mondiale, l'Afrique est bien représentée cette année avec pas moins de neuf chefs d'Etat et de gouvernement, parmi lesquels le Sud-Africain Jacob Zuma, le Rwandais Paul Kagamé ou encore le Guinéen Alpha Condé. Si le principal objectif de cette rencontre est d'encourager les grands groupes à venir s'installer sur le continent, la guerre au Mali et le risque d'une contagion à d'autres pays occupent une place importante dans les discussions.

    Avec notre envoyée spéciale à Davos

    Si l'intervention française au Mali ne soulève pas de question particulière, beaucoup se demandent à Davos comment on a bien pu en arriver là. Pour le président nigerian Goodluck Jonhatan, la réponse est à chercher en Libye.

    « La situation au Mali a empiré en raison de la crise que nous avons eu en Libye. Si ce pays avait retrouvé une stabilité, la situation au Mali aurait été meilleure que ce qu'elle n'est actuellement. Nous ne minimisons pas les problèmes du Mali. Il y a une grave crise de gouvernance et un extrémisme religieux. Mais le terrorisme, la prise d'otages et le trafic de drogue se sont aggravés avec la crise en Libye. Et si nous ne contenons pas ce problème, ce n'est pas uniquement le Mali qui sera concerné, cela affectera d'autres pays. Et c'est l'une des raisons pour laquelle il fallait avancer vite et nous devons remercier la France pour son aide ».

    Une vision partagée par Louise Arbour de l'International Crisis Group, avec un bémol cependant : « Je crois que ce à quoi nous assistons, c'est un engagement croissant dans un nouveau front dans la guerre contre le terrorisme. Cela n'est pas sans danger car une réponse militaire forte risque de masquer les vrais problèmes qui sont le réel frein à la reconstruction d'un Etat malien ».

    Cette question pourrait être abordée ce jeudi à l'occasion d'une réunion consacrée à la crise malienne.

    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.