Et Hop ! Air France s’attaque au «low cost» - Economie - RFI

 

  1. 21:33 TU Danse des mots
  2. 22:00 TU Sessions d'information
  3. 22:30 TU Sessions d'information
  4. 23:00 TU Journal
  5. 23:10 TU Autour de la question
  6. 23:30 TU Journal
  7. 23:33 TU Autour de la question
  8. 21:33 TU Danse des mots
  9. 22:00 TU Sessions d'information
  10. 22:30 TU Sessions d'information
  11. 23:00 TU Journal
  12. 23:10 TU Autour de la question
  13. 23:30 TU Journal
  1. 21:33 TU Radio foot internationale
  2. 22:00 TU Sessions d'information
  3. 22:30 TU Sessions d'information
  4. 23:00 TU Journal
  5. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  6. 23:30 TU Journal
Urgent

Il s’agit d’une petite fille âgée de 2 ans, originaire de la ville de Kayes, dans l’ouest du pays. Elle revenait de Guinée. Sa famille l’a amenée spontanément à l’hôpital après les premiers symptômes. Les analyses ont confirmé, ce jeudi 23 octobre, qu’elle était porteuse du virus Ebola.

fermer

Economie

Aéronautique Crise économique France

Et Hop ! Air France s’attaque au «low cost»

media

Air France lance ce lundi 28 janvier une nouvelle compagnie baptisée Hop! Le but est de regrouper les lignes régionales, dont les principales bases sont Lyon et Paris, afin de contrer l'offensive des compagnies à bas coût.

Le secteur aérien continue à se restructurer. Et Air France accompagne le mouvement à défaut de l'avoir anticipé. Les compagnies régionales Britair, Regional et Airlinair disparaissent, se regroupent et Hop! prend le relais. Toute l'offre commerciale est rassemblée sur un site internet unique, qui est lancé ce mardi avec des billets pour des vols régionaux et en Europe à partir de 55 euros. L'objectif, c'est évidemment de réduire les coûts. Par exemple, des destinations déficitaires disparaissent et le nombre total d'avions de la flotte passe de 93 à 86. Ceux qui restent voleront davantage. Air France espère un gain de productivité de 6%. Les trois compagnies regroupées dans Hop! ont pour mission de faire baisser leurs coûts de 15%.

Restaurer la compétitivité

C'est le dernier volet en date du plan Transform 2015, qui vise à restaurer la compétitivité de l'entreprise. Auparavant, Air France avait déjà opéré une montée en gamme sur ses classes business et première, avant de baisser ses prix sur la classe économique tout en développant Transavia, sa filiale loisirs, concurrente des compagnies low cost et qui marche bien.

Car c'est bien ce modèle qui continue à avoir le vent en poupe. Pour preuve, Ryanair, la compagnie irlandaise à bas coût, a de nouveau relevé son objectif de résultat annuel après une progression au troisième trimestre.

Un basculement du secteur

Surtout, Ryanair a bon espoir que son offre de rachat d'Aer Lingus parvienne à convaincre à la fois les autorités européennes de la concurrence et ses actionnaires. Ce n'est pas encore gagné, car la direction d'Aer Lingus estime que cette offre à 694 millions d'euros est sous évaluée. Sauf que c'est la troisième offre faite par la compagnie de l'emblématique patron Michael O'Leary depuis 2007, et que son insistance pourrait finir par payer. Si c'était le cas, ce serait symbolique d'un basculement dans le secteur du transport aérien. Aer Lingus, c'est en effet la compagnie irlandaise historique. Autrement dit, ce serait l'équivalent irlandais d'Air France qui passerait sous la coupe d'un champion du low cost.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.