Rémunération des médias français: accord conclu entre Google et les éditeurs de presse - Economie - RFI

 

  1. 21:33 TU Danse des mots
  2. 22:00 TU Sessions d'information
  3. 22:30 TU Sessions d'information
  4. 23:00 TU Journal
  5. 23:10 TU Autour de la question
  6. 23:30 TU Journal
  7. 23:33 TU Autour de la question
  8. 21:33 TU Danse des mots
  9. 22:00 TU Sessions d'information
  10. 22:30 TU Sessions d'information
  11. 23:00 TU Journal
  12. 23:10 TU Autour de la question
  13. 23:30 TU Journal
  1. 21:33 TU Radio foot internationale
  2. 22:00 TU Sessions d'information
  3. 22:30 TU Sessions d'information
  4. 23:00 TU Journal
  5. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  6. 23:30 TU Journal
Urgent

Il s’agit d’une petite fille âgée de 2 ans, originaire de la ville de Kayes, dans l’ouest du pays. Elle revenait de Guinée. Sa famille l’a amenée spontanément à l’hôpital après les premiers symptômes. Les analyses ont confirmé, ce jeudi 23 octobre, qu’elle était porteuse du virus Ebola.

fermer

Economie

France François Hollande Internet médias

Rémunération des médias français: accord conclu entre Google et les éditeurs de presse

media

Un accord a finalement été trouvé entre Google et la presse française, sous la houlette de l'Elysée. Il prévoit notamment la création d'un fonds de soutien à la transition numérique de la presse. Ce texte pourrait ouvrir la voie à d’autres accords. Outre les éditeurs, les producteurs de cinéma, de musique et les opérateurs de télécoms sont également entrés dans une bataille contre Google. Objectif : contraindre le géant du web à partager les bénéfices générés par les contenus en ligne.

Il n’y aura pas de taxe Google. Le bras de fer engagé depuis plusieurs mois entre les éditeurs de presse français et le géant américain de l’internet, qui menaçait de ne plus référencer les médias hexagonaux, s’est donc conclu à l’amiable.

Comme ce fut le cas avec la presse belge en décembre, Google s’engage à aider les médias français à accroître leurs revenus en ligne. Il va donc mettre à leur disposition ses outils techniques et ses ingénieurs ainsi que ses plateformes publicitaires. Il s’agit d’un partenariat commercial, précise le géant américain, en aucun cas une compensation financière en échange des bénéfices publicitaires engrangés grâce aux référencements des médias français.

Autre volet de l’accord, le leader mondial de la recherche en ligne s’engage à financer un fonds d’investissement de 60 millions d’euros pour aider la mutation de la presse vers le numérique.

Google s’en sort plutôt bien. La menace de François Hollande de contraindre l’Américain par la loi est donc levée. Reste que la principale demande des éditeurs, imposer au moteur de recherche le versement d'une rétribution pour chaque contenu indexé, a été abandonnée.

C'est une fierté pour la France d'avoir été capable de réaliser cet accord qui est le premier dans le monde.
François Hollande Président de la République française 11/10/2013 - par France Inter écouter


Les autorités européennes enquêtent

Mais si le cours de Google en bourse vient d’établir un nouveau record, c’est surtout dans l’anticipation d’un règlement à l’amiable de son différend avec les autorités européennes chargées de préserver la concurrence.

Depuis deux ans en effet, ces dernières enquêtent sur la manière dont Google pourrait abuser de sa position dominante – avec 90% du marché de la recherche d’informations sur internet – pour privilégier dans ses résultats de recherche offerts aux internautes des annonceurs qui le rémunèrent. La firme est également accusée de copier le contenu de certains sites internet sans permission.

Il y a quelques jours, Google a proposé des solutions pour résoudre ces litiges. Il espère ainsi éviter une amende qui pourrait atteindre 10% de son chiffre d’affaire, soit 5 milliards de dollars.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.