Goodyear: le PDG de Titan tacle violemment les salariés de l'usine d'Amiens - Economie - RFI

 

  1. 17:10 TU Sessions d'information
  2. 17:30 TU Journal
  3. 17:33 TU Sessions d'information
  4. 17:40 TU Accents d'Europe
  5. 18:00 TU Journal
  6. 18:10 TU Décryptage
  7. 18:30 TU Journal
  8. 18:33 TU Sessions d'information
  9. 18:40 TU Débat du jour
  10. 19:00 TU Journal
  11. 19:10 TU Grand reportage
  12. 19:30 TU Journal
  13. 19:40 TU Sessions d'information
  14. 20:00 TU Journal
  15. 20:10 TU La bande passante
  16. 20:30 TU Journal
  17. 20:33 TU La bande passante
  18. 21:00 TU Journal
  19. 21:10 TU Couleurs tropicales
  20. 21:30 TU Journal
  21. 21:33 TU Couleurs tropicales
  22. 22:00 TU Sessions d'information
  23. 22:30 TU Sessions d'information
  24. 23:00 TU Journal
  25. 23:10 TU Accents d'Europe
  1. 17:10 TU Sessions d'information
  2. 17:30 TU Journal
  3. 17:33 TU Sessions d'information
  4. 17:40 TU Accents d'Europe
  5. 18:00 TU Journal
  6. 18:10 TU Grand reportage
  7. 18:30 TU Sessions d'information
  8. 19:00 TU Journal
  9. 19:10 TU Décryptage
  10. 19:30 TU Journal
  11. 19:40 TU Débat du jour
  12. 20:00 TU Journal
  13. 20:10 TU La bande passante
  14. 20:30 TU Journal
  15. 20:33 TU La bande passante
  16. 21:00 TU Journal
  17. 21:10 TU Radio foot internationale
  18. 21:30 TU Journal
  19. 21:33 TU Radio foot internationale
  20. 22:00 TU Sessions d'information
  21. 22:30 TU Sessions d'information
  22. 23:00 TU Journal
  23. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  24. 23:30 TU Journal
fermer

Economie

Arnaud Montebourg Questions sociales

Goodyear: le PDG de Titan tacle violemment les salariés de l'usine d'Amiens

media

Le PDG de Titan International, société américaine spécialisée dans la fabrication des pneus, avait renoncé à reprendre l'usine Goodyear d'Amiens-Nord.  Maurice M. Taylor Jr a tenu à clarifier la position de sa société. Il a donc adressé un courrier avec des propos cinglants à Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif. Dans cette lettre dévoilée par le quotidien Les Echos, le patron du groupe américain raille « les soi-disant ouvriers (...) qui ne travaillent que trois heures par jour ».

C’est un courrier cinglant que Maurice M. Taylor Jr, PDG de Titan International a adressé à Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif et que le journal Les Echos a dévoilé mardi 19 février. Dans une lettre en anglais datée du 8 février, le patron de Titan, qui a renoncé à reprendre l’usine Goodyear d’Amiens-Nord, raillent les ouvriers français « qui ne travaillent que trois heures par jour ».

La lettre est apparemment une réponse à un courrier d’Arnaud Montebourg, demandant à Titan d’entamer des discussions pour une reprise de l’usine d’Amiens-Nord menacée de fermeture. « Pensez-vous que nous soyons stupides à ce point ? », interpelle le PDG de Titan dans sa lettre. Et de poursuivre : « Titan a l'argent et le savoir-faire pour produire des pneus. Qu'a le syndicat fou ? Il a le gouvernement français. Le fermier français veut des pneus bon marché. Il se moque qu’ils viennent d’Inde ou de Chine ».

« Vous pouvez garder les soi-disant ouvriers »

Maurice M. Taylor Jr conclut d’une déclaration sans appel : « Titan va acheter une entreprise de pneus chinoise ou indienne, payer moins d'un euro l'heure de salaire et exporter tous les pneus dont la France a besoin. Vous pouvez garder les soi-disant ouvriers. Titan n'est pas intéressé par l'usine d'Amiens-Nord ».

Arnaud Montebourg a refusé de commenter cette lettre. « Je ne veux pas nuire aux intérêts de la France », a-t-il dit. Au passage, dans sa missive, le PDG du groupe américain prévoit un avenir sombre aux activités du géant français du pneumatique Michelin en France. « Dans cinq ans, Michelin ne pourra plus produire de pneus en France », dit-il.

Le représentant de la CGT, majoritaire à l'usine d'Amiens, Mickaël Wamen a estimé que la lettre était une « insulte totale ». « Ce n'est pas une lettre incendiaire, c'est une lettre insultante », a réagi Mickaël Wamen. Le patron de Titan « envoie un signal fort, c'est que ce directeur d'une multinationale est plus près d'un asile psychiatrique que de pouvoir tenir les rênes d'une multinationale », estime aussi le syndicaliste.

Goodyear a annoncé fin janvier que l'usine d'Amiens-Nord allait fermer, menaçant 1 173 postes, et provoquant un tollé politique en France, où plusieurs sites industriels sont promis à la fermeture. Cette situation est très délicate pour le gouvernement puisqu'il se retrouve en difficulté.

Arnaud Montebourg avait annoncé le 12 février que Titan, société américaine spécialisée dans la fabrication des pneus agricoles notamment, ne reviendrait pas à la table des négociations pour une reprise de l'usine.

Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.