GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Le commerce mondial restera «atone» en 2013, selon l’OMC

    media Pascal Lamy, le directeur général de l’OMC, lors d’une conférence de presse au siège de l’organisation, à Genève. . REUTERS/Denis Balibouse

    L’Organisation mondiale du commerce a, une nouvelle fois, revu ses prévisions à la baisse. Selon les chiffres de l’OMC, la croissance ne dépassera pas les 3,3% en 2013. Pascal Lamy, directeur général de l’organisation, dit craindre la tentation d’un recours au protectionnisme.

    Avec notre correspondant à Genève, Laurent Mossu

    Les difficultés économiques rencontrées par l’Europe pèsent fortement sur le commerce mondial. Selon les prévisions de l’OMC, la croissance attendue cette année ne dépassera pas les 3,3%. Un niveau très inférieur à la moyenne de 5,3%, notée au cours de ces vingt dernières années.

    Une lente augmentation sera pourtant constatée, par rapport à 2012, année lors de laquelle les 2% de croissance ont été difficilement atteints.

    L’OMC a dû revoir ses prévisions à la baisse. Voici un an, ses experts tablaient sur une amélioration de la croissance et espéraient qu’elle atteindrait un chiffre de l’ordre de 3,7%. Les mauvais résultats des économies des pays développés au cours du dernier semestre expliquent en grande partie ces reculs par rapport aux prévisions initiales.

    Crainte du recours au protectionnisme

    Pour Pascal Lamy, l’équilibre recherché entre la croissance à court terme et les lourdes contraintes budgétaires, n’ont jusqu’ici donné que des résultats mitigés. « Les politiques n’ont pas trouvé le bon dosage », juge le patron de l’OMC.

    Face à cette situation, il craint une montée des pressions protectionnistes susceptibles de devenir à terme insurmontables. « La menace protectionniste est peut-être plus forte maintenant qu'elle ne l'a jamais été depuis le début de la crise à cause de l'échec d'autres politiques destinées à rétablir la croissance », a-t-il déclaré.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.