GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Il est nécessaire de «restaurer l'ordre» à Hong Kong (ministère chinois de la Défense)
    • Fusillade en Californie dans la ville de Fresno: quatre morts et six blessés (police)
    • Manifestations et violences en Iran: Téhéran condamne le soutien de Washington à des «émeutiers»
    • Biélorussie: aucun représentant de l'opposition n'a été élu aux législatives (résultats officiels)
    • «Déchets, ça déborde! On fait quoi?» Journée spéciale ce lundi sur les antennes de RFI dès 6h TU (7h heure de Paris)
    • Hong Kong: la loi interdisant le port du masque est jugée anticonstitutionnelle (Haute cour)
    Economie

    General Motors visé par la justice américaine

    media Une Chevrolet Cobalt SS, en 2004, l'un des modèles concernés par le rappel de plus de 700 000 voitures par General Motors. REUTERS/Gregory Shamus

    L’image de General Motors va-t-elle résister à une affaire de rappels de véhicules ? Le premier constructeur automobile américain se retrouve dans le collimateur de la justice. On lui reproche d’avoir attendu dix ans avant de rappeler ses voitures défectueuses. Un problème technique qui aurait causé des accidents mortels.

    Dans les prochaines semaines, General Motors va devoir faire face à trois procédures. La direction du groupe automobile devra s’expliquer devant le département de la Justice (DoJ), l’Agence américaine de la sécurité routière (NHTSA) et lors d’une audition devant la commission de la Chambre des Représentants.

    L’histoire remonte à dix ans

    A l’origine de cette affaire un système de contacteur défectueux qui aurait causé 31 accidents, dont 13 mortels. En février dernier, en raison de ce problème, GM a rappelé 1,62 million de véhicules achetés aux Etats-Unis, au Canada et au Mexique. Mais pourquoi avoir attendu dix ans avant d’agir ? La justice cherche à vérifier si GM a bien respecté la loi en la matière. La NHTSA et GM ont jusqu’au 25 mars pour répondre à une demande d’informations de la commission parlementaire.

    → A (RE)LIRE : Salon de Detroit: le marché automobile nord-américain renoue avec la croissance

    D’après le communiqué envoyé par le constructeur aux enquêteurs, le groupe avait pris connaissance du problème dès 2004. Un incident avait alors été signalé : le moteur de la Chevrolet Cobalt avait perdu de l’énergie en raison de la clef de contact mal positionnée. « Ce phénomène s’est produit lors de tests », ajoute le communiqué. Une enquête interne a aussitôt été ouverte, mais elle n’a rien prouvé. D’autres plaintes de conducteurs envoyées en 2005 sont restées sans suite. Finalement, c’est en mars 2007 qu’un premier accident mortel a été recensé.

    L’image esquintée

    Dans l’immédiat, le constructeur automobile risque une amende de 35 millions de dollars (25,2 millions d’euros). Dérisoire, si l’on compare à son chiffre d’affaires annuel de 155 milliards de dollars (111,6 milliards d’euros). En revanche, cela peut aller beaucoup plus loin en termes d’image. Si l’intégrité de la direction et son engagement pour la sécurité sont remis en cause, les pertes de GM peuvent se chiffrer en centaines de millions de dollars. Une affaire qui en rappelle une autre : en 2009 - 2010 Toyota a chiffré son rappel massif de voitures dans le monde à 2,4 milliards de dollars (1,7 milliards d’euros).

    → A (RE)LIRE : Etats-Unis: la ville de Detroit sera bien déclarée en faillite

    L’enjeu est de taille pour ce groupe qui s’est reconstruit après sa faillite en 2008. Une reconstruction réussie grâce à un prêt d'urgence de l'État fédéral et une image entièrement bâtie sur une notion de fiabilité de ses véhicules. Aujourd’hui, c’est ce capital de confiance qui risque d’être fragilisé.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.