GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Economie

    Naissance au Kazakhstan de l'union douanière voulue par Moscou

    media Vladimir Poutine, le président biélorusse Alexandre Loukachenko (à gauche) et le Kazakh Noursoultan Nazarbaïev (au centre) ont signé l'accord à Astana, la capitale du Kazakhstan, ce jeudi 29 mai. REUTERS

    La Russie, la Biélorussie et le Kazakhstan ont signé aujourd’hui à Astana, la capitale du Kazakhstan, l’accord qui donne vie à l’Union économique eurasiatique. L’accord entrera en vigueur le 1er janvier prochain. D’autres pays tels que l’Arménie et le Kirghizstan pourraient rejoindre prochainement cette nouvelle entité économique, née de la volonté du président russe.

    Avec notre correspondante à Moscou, Muriel Pomponne

    C'est la dernière étape avant l'entrée en vigueur de l'Union économique eurasiatique, appelée de ses vœux par Vladimir Poutine. Pour l’instant, trois pays font partie de ce « marché commun », où les marchandises, les services, les capitaux et la main d’oeuvre devraient circuler librement. Le président russe espérait y entraîner l’Ukraine, il doit se contenter pour l’instant de la Biélorussie et du Kazakhstan, ce qui fait un marché de 170 millions d’habitants. La petite Arménie, qui a, un temps regardé vers l’Union européenne, va prochainement rejoindre cette union économique. Elle en a été récompensé avec une ristourne imbattable sur le prix du gaz. Et le Kirghizstan, pays très pauvre et très dépendant de Moscou, vient de faire connaitre son souhait d'en faire partie.

    « Meilleure intégration économique »

    Reconstitution de l’URSS ? Pas du tout, répond Poutine. « Nous souhaitons une intégration de l’espace post-soviétique, mais pas pour restaurer un empire, mais pour bénéficier des avantages d’une meilleure intégration économique ». Il s’agit d’essayer de se faire une place face aux puissances économiques que sont les Etats-Unis, l’Union européenne, et la Chine. La Russie cherche aussi à créer une alliance dont elle serait le leader, mais ses deux voisins kazakh et biélorusse ne veulent néanmoins surtout pas que Moscou empiète sur leur souveraineté politique.
     

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.