GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Economie

    Namibie: comment la mine de Trekkopje a été surévaluée par Areva

    media La tour Areva, la Défense, France. Getty Images/Christophe Lehenaff

    La police française a effectué, mardi 3 juin, une dizaine de perquisitions dans le cadre du rachat par Areva de la société canadienne Uramin en 2007 pour 1,8 milliard d'euros. Des soupçons pèsent sur les conditions d'achat d'Uramin dont les actifs, des mines d'uranium en RCA, mais surtout en Namibie, se sont très vite avérés surévalués.

    Un milliard d'euros d'investissement, la mine de Trekkopje en Namibie était aux yeux des dirigeants d'Areva une excellente opportunité. Areva obtient sa licence d'exploitation du gouvernement namibien le 16 février 2009 pour une durée de 25 ans renouvelable.

    La production doit commencer deux ans plus tard et la mine doit devenir l'une des plus grosses pourvoyeuses d'uranium au monde. Tout le monde est si confiant qu'un contrat est signé avec la Chine qui achètera 35% de la production namibienne d'Areva. Mais très vite, les dirigeants de la compagnie française déchantent.

    Rendement décevant

    La teneur en uranium de Trekkopje est inférieure à ce qui était annoncé. Ce qui réduit le potentiel, 26 000 tonnes au lieu de 45 000. Et les coûts de production augmentent en conséquence. Au même moment, la catastrophe de Fukushima freine les ardeurs nucléaires mondiales. La demande d'uranium chute et les prix de vente aussi.

    Areva est prise à contre-pied. Uramin et son gisement de Trekkopje ne sont pas la poule aux œufs d'or attendue, mais un gouffre. Areva est obligée de mettre la mine namibienne, comme celle de Bakouma en République centrafricaine, entre parenthèses et de provisionner 1,8 milliard d'euros.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.