GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Economie

    L’économie française en panne, celle de la zone euro au point mort

    media L'économie européenne est en berne, le PIB de la zone euro a stagné au deuxième trimestre. REUTERS/Ralph Orlowski

    Après les mauvais résultats des prix à la consommation de juillet, qui sont en baisse, l'Insee vient de publier, jeudi 14 août, ceux de la croissance et ils sont tout aussi mauvais. La France affiche une croissance zéro au deuxième trimestre, un coup dur pour le gouvernement qui ne pourra pas tenir ses objectifs de réduction du déficit.

    Croissance zéro pour la France au deuxième trimestre... C'était déjà le cas au premier trimestre. Son PIB a stagné en volume. Pratiquement tous ses moteurs de croissance sont en panne. L'investissement des entreprises recule de 0,8%, les exportations sont en baisse et font perdre 0,1 point de PIB. Le soutien de l'activité économique française doit son salut à la consommation des ménages de +0,5% et à la dépense publique elle aussi de +0,5%.

    Une panne de croissance reconnue par le ministre des Finances. Michel Sapin a déclaré que « la France n'atteindra pas cette année son objectif en terme de déficit de ses finances publiques » et cela, « malgré la totale maîtrise de nos dépenses ». Par conséquent, Michel Sapin a annoncé que pour cette année, le déficit sera supérieur à 4% du PIB contre 3,8% prévus jusqu'alors, et une croissance du PIB de l'ordre de 0,5% contre 1% prévu initialement.

    Dans la zone euro, la croissance est aussi au point mort

    Par la voix de son Premier ministre, Manuel Valls, le gouvernement avait déjà anticipé ces mauvais résultats. Avant son départ en vacances, Manuel Valls avait prévenu que la rentrée s'annonçait difficile. Avec une croissance nulle et des prix à la consommation en baisse, le gouvernement redoute un risque de déflation. Or ce serait le pire scénario.

    La baisse des prix entrainera une baisse des investissements, une réduction des coûts de production, une compression des salaires, donc une hausse du chômage. Face à une telle situation, les taux d'intérêt vont grimper, et donc entraver aussi bien les ménages que l'Etat dans leur capacité à rembourser leurs dettes... De façon mécanique, l'Etat ne pourra pas, encore une fois, tenir ses engagements pour réduire son déficit public.

    Selon Eurostat, le produit intérieur brut de la zone euro a stagné au deuxième trimestre, après avoir progressé de seulement 0,2 % au trimestre précédent. Un résultat décevant car les analystes tablaient sur une nouvelle croissance de 0,2% et non zéro. Dans le même temps, l'Allemagne annonce un recul de son PIB de 0,2% au deuxième trimestre. Le moteur franco-allemand de la zone euro est en panne.

    A la surprise des analystes, la croissance de l'Allemagne connaît en effet un coup de frein brutal. En cause : la baisse des investissements dans les entreprises, mais aussi une dégradation de sa balance commerciale. Les exportations étaient jusqu'à présent le point fort de l'économie allemande, mais au second trimestre, la tendance s'est inversée au point de devenir inférieure aux importations. Depuis 2012, l'Allemagne n'avait pas connu une telle perte de vitesse.

    Michel Sapin en appelle à l'Europe pour « agir fermement »

    Paris va devoir rendre des comptes à la Commission européenne, sur ses engagements non tenus et Michel Sapin prépare déjà le terrain. Le ministre de l'Economie a déclaré que dans la mesure où toute l'Europe est donc « atteinte par cette langueur » conjoncturelle et cette « panne » de croissance, elle « doit agir fermement, clairement, en adaptant profondément ses décisions à la situation particulière et exceptionnelle que connaît notre continent. La France pèsera en ce sens. » Une manière d'éviter l'aveu d'échec de la politique gouvernementale en matière de déficit public.

    Michel Sapin interpelle la Commission européenne et attend une politique plus accommodante de la Banque centrale européenne. A l'instar de la Fed, Paris souhaite que la BCE accepte de financer les Etats par le biais d'achat de dette publique. Le ministre demande également que le rythme de la réduction des déficits publics soit revu en fonction de la situation économique actuelle du pays. Michel Sapin assure que de son côté, le gouvernement tiendra sa promesse d'économiser 50 milliards d'euros et de poursuivre ses réformes, sans augmenter les impôts.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.