GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
Vendredi 9 Décembre
Samedi 10 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 12 Décembre
Mardi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Economie

    L'économie sud-africaine à la traîne

    media Transformation du platine dans un entrepôt jouxtant une mine de Rustenburg, en Afrique du Sud. Getty Images/Graeme Williams

    Des statistiques importantes ont été publiées ce matin en Afrique du Sud. Il s’agit des chiffres de la croissance pour le 2ème trimestre de cette année. Et selon les statistiques du gouvernement, la croissance est en légère hausse de 0,6%. Ce sont des chiffres importants car la croissance sud-africaine est à la traîne depuis plusieurs années. Avec des craintes de récession.

    De notre correspondante à Johannesburg,

    Le premier trimestre a été mauvais. La croissance sud-africaine s’est non seulement ralentie, mais elle était même négative, avec - 0,6%. Le premier recul depuis la crise économique de 2009. Ce sont principalement les différentes grèves qui ont pesé sur l’économie, notamment 5 mois de grève dans l’industrie du platine. L’industrie du platine compte pour près d'un dixième des exportations sud-africaines. Les chiffres de ce matin étaient donc attendus avec anxiété. Il n’y a pas de recul. En revanche la croissance est faible, très faible : + 0,6. Un léger mieux parce que les grèves sont finies.

    L'inflation impacte durement la consommation

    Mais la croissance sud africaine est quand même à la traîne et en dessous de son potentiel. Pour Kevin Lings, chef économiste à Stanlib, il y a un problème de consommation : « Les consommateurs sont sous pression. L’inflation a dépassé les 6% et ça commence à avoir un impact négatif sur la consommation. Les prix de l’électricité, de l’eau, l’éducation. Il y a une augmentation générale des prix dans des secteurs que les consommateurs ne peuvent pas éviter, des produits de base. Les salaires sont également sous pression. Et nous remarquons que certains consommateurs se sont trop endettés et n’arrivent pas à rembourser. Tout ça fait que la consommation s’est ralentie. Et en Afrique du Sud, la consommation représente environ 65% de l’économie. »

    L'Afrique du Sud, marginale sur le continent

    Alors pourquoi un tel ralentissement en Afrique du sud, alors que dans de nombreux pays africains, la croissance semble être repartie ? Sur le continent africain on voit du 5 ou du 6 % de croissance. « Cette situation est spécifique à l’Afrique du Sud, explique Kevin Lings de Stanlib. Quand on regarde les autres pays africains, ils s’en sortent nettement mieux ; ils ont en général une croissance d’environ 5%, parfois plus. Ils sont dans une situation différente, avec beaucoup plus de dépenses dans l’infrastructure, notamment d’investissement provenant de l’étranger, donc plus de création d’emploi, et ca permet d’entraîner l’économie. Malheureusement l’Afrique du Sud n’a pas un niveau d’investissements élevé ».

    La main d'oeuvre, un problème en Afrique du Sud

    L’emploi pèse sur l’économie. Un avis que partage Thabi Leoka, économiste à Renaissance Capital : « L’Afrique du Sud est coincée, elle doit régler ses problèmes structurels pour avoir une croissance soutenue. Combien de temps est-ce que la main d’œuvre va continuer à être un problème ? Tant que le gouvernement, les syndicats et les employeurs ne s’assiéront pas pour discuter de la manière de faire avancer ce problème, on ne verra pas de croissance soutenue. Et on continuera de dépendre de facteurs extérieurs, comme une reprise en Europe pour soutenir notre croissance. Quand je parle de main d’œuvre je pense aux conflits sociaux, mais aussi au problème de l’éducation et de qualification. Absorber toute la main d’œuvre disponible est un problème en Afrique du Sud. Et vous ne pouvez faire croître une économie avec 25 % de chômage ». En rythme annuel , les économistes tablent sur une croissance d’un peu plus de 1%. Alors qu’il faudrait au moins 3 à 4% pour relancer l’emploi.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.