GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Economie

    Italie: à Milan, un nouveau sommet européen pour l’emploi

    media François Hollande et Matteo Renzi. La conférence européenne sur l'emploi risque d'être vite débordée par l'affrontement entre partisans et opposants de la rigueur budgétaire. Reuters/Philippe Wojazer

    Les chefs d'Etat et de gouvernement d'une vingtaine de pays européens se retrouvent, ce mercredi 8 octobre 2014, à Milan en Italie, pour un sommet consacré à l'emploi des jeunes. Mais d'autres sujets devraient s'inviter à cette réunion comme la croissance atone et l'inflation dangereusement faible dans la zone euro.

    La machine économique européenne est en panne. Les prévisions, hier mardi 7 octobre,  du Fonds monétaire international (FMI) ont, une nouvelle fois, été revues à la baisse, ce qui va peser sur l'emploi en zone euro et notamment en France.

    Depuis trois ans en effet, la croissance est clairement insuffisante pour lutter contre le chômage et les politiques mises en place pour assainir les finances publiques n'ont pas contribué à améliorer la situation comme l'explique Bruno Ducoudré. Il est économiste à l'Office français des conjonctures économiques (OFCE) : « Il faudrait avoir une croissance durablement supérieure à 1,5% par an pour faire baisser le taux de chômage. Aujourd’hui le compte n’y est pas. Si on a une croissance faible, c’est la faute aux politique d’austérité qui ont été menées en France et en zone euro. Il y a un impact des mesures budgétaires très fort sur l’activité économique. Ce qui a freiné la croissance, et donc sur la création d’emplois ».

    Envolée du chômage des jeunes

    Une situation particulièrement dramatique pour les jeunes européens comme le rappelle Pierre Boisard, chercheur au CNRS, spécialiste des politiques d'emploi en Europe : « Le chômage des jeunes est, en général deux fois plus élevé que le chômage global : même dans un pays comme l’Allemagne où le chômage est faible, le taux global atteint 4%, le chômage des jeunes est de 8%. Donc on a un facteur de 2 voire 2,5 entre le chômage global et celui des jeunes. C’est vrai pour tous les pays. En France on dépasse les 20%, en Italie on dépasse les 40%, en Espagne il est de 55%

    Un marché du travail des jeunes qui est également un marché d’exclusion. Comme l’explique l’économiste Bertrand Martinot, auteur du livre Chômage, inverser la courbe aux éditions Les belles lettres : « Les jeunes non qualifiés sont exclus du marché du travail car ils n’ont pas de qualification professionnelle et n’ont pas les codes des entreprises. Il ya tout un travail sur les jeunes à faire via la question du SMIC, le salaire minimum et la question de l’apprentissage. Il faut également une meilleure préparation des jeunes par l’Education nationale ».

    Une enveloppe de 6 milliards d’euros

    Autant de questions qui seront abordées lors de ce sommet de Milan. L'année dernière une garantie pour la jeunesse a été mise en place. Elle fixe comme règle qu'aucun jeune Européen de moins de 25 ans ne reste plus de quatre mois sans proposition d'emploi, de formation ou de stage. Une enveloppe de 6 milliards d'euros sur deux ans a même été allouée à ce dispositif mais à ce jour à peine 1% de ces fonds a été débloquée. Une situation qui n'étonne pas vraiment Pierre Boisard du CNRS et spécialiste des politiques d'emploi en Europe : « Il est très difficile de provoquer une amélioration de l’activité économique par des décisions politiques. D’abord, il faut que les entreprises jouent le jeu, et que les fonds européens soient débloqués. Ensuite, il faudrait aller contre la frilosité actuelle d’un certain nombre d’Etats, comme l’Allemagne. Enfin, il faut accepter de relâcher les freins au financement, non pas pour relancer la consommation individuelle, mais pour relancer les investissements ».

    Et d'investissements, il en sera en question à Milan puisque les dirigeants européens comptent bien arracher l'engagement qu'une partie du plan de 300 milliards annoncé par le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker ira bien à la lutte contre le chômage des jeunes.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.