GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Economie

    Le FMI suspend son aide à la Grèce

    media Le directrice du FMI Christine Lagarde, ici le 10 avril 2014. Reuters

    Le versement de la prochaine tranche d'aide à la Grèce est suspendu en attendant la formation d'un nouveau gouvernement à Athènes. C'est ce qu'annonce le FMI après l'annonce de la tenue d'élections législatives anticipées dans le pays le 25 janvier.

    L'aide à la Grèce est suspendue jusqu'à la formation d'un nouveau gouvernement, a annoncé le FMI après l’annonce d’élections législatives anticipées. Quitte à ce que les discussions s'éternisent, autant attendre de les poursuivre avec un nouvel interlocuteur. C'est le sens de la décision du FMI. Car les négociations entre la Troïka, FMI, Banque centrale européenne et Union européenne, d'une part, et la Grèce, d'autre part, sur la sixième et dernière tranche du plan d'aide sont toujours en souffrance.

    Les négociateurs ont même décidé de prolonger ce plan de deux mois, jusqu'à la fin février. D'ici là, la Grèce aura donc probablement un nouveau gouvernement, qui entrera donc directement dans le vif du sujet. Si les discussions sont suspendues, le versement de la dernière tranche, un peu plus de 7 milliards d'euros, l'est logiquement aussi.

    Sous couvert de prudence et de respect du vote des Grecs, c'est donc aussi une forme de chantage qui est exercé par le FMI. Son porte-parole explique que la Grèce n'a pas besoin de financement immédiat. L'actuel gouvernement grec souhaite en effet une sortie rapide du plan d'aide internationale, s'élevant, avec cette dernière tranche, à 240 milliards d'euros de prêts en échange de fortes mesures d'austérité.


     ■ La crise politique inquiète les créanciers d'Athènes

    « Avec la volonté du peuple, dans quelques jours, les plans d'austérité appartiendront au passé », clame Alexis Tsipras, le dirigeant de Syriza, la formation de gauche en tête des sondages. Pas si simple. La Grèce est maintenue à flot grâce à une prolongation de deux mois du plan d'aide de l'Union européenne et du FMI. Ce plan, qui a atteint 240 milliards d'euros depuis 2010, a été instauré en contrepartie de réformes qui ont eu un lourd coût social et porté le chômage à 25 % de la population. Syriza surfe sur la vague du refus des Grecs de plus d'austérité, mais ce parti entend aussi maintenir la Grèce dans la zone euro.

    De leur côté, les créanciers, Allemagne en tête, s'arc-boutent sur leur opposition à un nouvel allégement de la dette grecque. Une dette qui atteint désormais 175 % du PIB. Or un tel endettement interdit à la Grèce tout espoir de redressement économique. S'ils veulent récupérer au moins une partie de leurs prêts, les créanciers doivent éviter que la Grèce ne sombre totalement, et pour cela, lui redonner de l'oxygène.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.